Avant, j’étais prof… Et maintenant ?

C’est la rentrée ! Suite à ma reconversion de prof des écoles l’an dernier, je démarre ce mois de septembre avec l’envie de faire un bilan. Il y a un an, je quittais l’Éducation nationale et j’allais m’inscrire à Pôle Emploi. J’avais des projets plein la tête, l’envie folle de révolutionner le monde. Je me sentais libérée d’un carcan, sortie d’une prison dans laquelle je venais de passer vingt ans de ma vie. Septembre 2022 ➡️ Septembre 2023. Que s’est-il passé pendant ces douze mois ? Quelle est mon activité professionnelle désormais ? Ai-je atteint mes objectifs ? Je vous livre ici mon témoignage de prof des écoles reconvertie, pour le meilleur et pour le pire.

Reconversion de prof des écoles : mon projet initial

En ce début de septembre, j’ai une pensée émue pour les 800 000 profs qui ont repris leur cartable pour retourner enseigner dans leur établissement. Ma dernière rentrée, c’était pour l’année scolaire 2021-2022, une année qui ne s’est pas du tout passée comme prévu. J’ai quitté l’école le 25 novembre pour ne plus y revenir. Le déclic ? Une autorisation d’absence qui m’avait été refusée quelques semaines plus tôt. C’est un détail, une goutte d’eau, mais c’est LA goutte qui a fait déborder un vase plein depuis des années (j’ai commencé à penser à la reconversion en 2012).

Mon projet initial était de devenir rédactrice web. J’étais déjà blogueuse sur deux blogs différents, j’avais publié un roman et des nouvelles, j’adorais écrire. Alors quand j’ai découvert qu’on pouvait être payée pour rédiger des articles pour le web, ça a été une révélation. J’avais enfin la solution pour changer de métier ! Je me suis inscrite sans attendre sur Formation Rédaction Web et j’ai débuté la formation. C’est là que mon corps a lâché. Impossible de retourner en classe.

Une semaine plus tard, je postais ma demande de rupture conventionnelle. Après un entretien en janvier 2022, j’ai dû attendre cinq mois pour avoir la réponse de la direction académique : rupture conventionnelle acceptée. J’ai été radiée des cadres de l’EN le premier septembre 2022. Enfin libre !

Après mon inscription à Pôle Emploi, une de mes premières démarches administratives a été de faire transférer mon CPF sur un compte en euros (pour les fonctionnaires, le compte CPF est en heures). En effet, je voulais pouvoir utiliser ces crédits pour me former à la création d’entreprise.

Rédaction du Guide de la Reconversion des Profs

Auparavant, il y avait un projet qui me trottait dans la tête depuis des mois : rédiger un guide pour aider les enseignants qui souhaitent se reconvertir. Je voulais créer LE livre que j’aurais eu envie d’avoir sous la main, un outil pratique qui regrouperait toutes les informations utiles, les dates des concours, les métiers possibles après prof, etc.

Je me suis attelée à la tâche :

  • faire des recherches ;
  • consulter des sources fiables ;
  • élaborer un plan ;
  • rédiger le premier jet ;
  • relire, corriger, compléter ;
  • mettre en page ;
  • éditer au format ebook sur Kindle.

Le Guide de la Reconversion des Profs au format numérique est sorti sur Amazon Kindle le 22 octobre 2022.

La version papier a vu le jour quelques mois plus tard. Pour en savoir plus sur son contenu, je vous invite à lire cet article : Prof, le guide pour changer de métier.

Le Guide de la Reconversion des Profs est disponible dans les librairies en ligne, sur Amazon ou directement chez l’imprimeur (livraison plus rapide)

Début octobre, je recevais avec bonheur mon certificat d’achèvement de Formation Rédaction Web. Ce document est le fruit de mes efforts. Il récompense neuf mois de formation à distance et la création d’un portfolio de dix articles. J’étais enfin officiellement rédactrice web… même si je n’avais pas encore d’entreprise.

Une formation pour devenir entrepreneure

Deux jours après la sortie du GRP, je débutais une formation à la création d’entreprise, la Micropreneure Academy de Maëlane Faure. C’est une expérience complète de six mois destinée aux prestataires de service. Elle nous donne toutes les clés pour élaborer et structurer une activité pérenne et rentable.

Au programme :

  • Construire les fondations de son entreprise
  • Définir une stratégie business efficace
  • Créer une offre pertinente et fixer ses tarifs
  • Communiquer et vendre ses services avec aisance
  • Soigner la relation client
  • Gérer son entreprise et trouver l’organisation idéale

Les portes de la Micropreneure Academy ne sont ouvertes que 2 ou 3 fois par an.

Session de janvier 2024 : inscriptions ouvertes du 11 au 19 décembre 2023
Vous voulez rejoindre la Micropreneure Academy ? Rendez-vous sur cette page (Lien affilié : si vous l’utilisez pour vous inscrire à l’Academy, je toucherai une petite commission, merci ! 🙂)
Vous pouvez financer votre formation avec votre CPF (Compte personnel de formation). Dans ce cas, le lien affilié ne fonctionne pas. Lors de votre inscription, veuillez indiquer mon nom pour que je devienne votre « marraine ». 😉
NB. Ne ratez pas l’embarquement ! La session suivante ne débutera qu’en juin 2024, et Maëlane a déjà annoncé que le prix allait sérieusement augmenter (+ 25 %).

Reconversion prof des écoles : livret d'accueil de la Micropreneure Academy, la formation que j'ai suivie pour créer mon entreprise
La Micropreneure Academy chouchoute ses élèves et dynamise la création d’entreprise.

J’avais besoin de ce coup de pouce pour prendre confiance en moi. En effet, quand on a été fonctionnaire pendant des années, le monde de l’entreprise nous est inconnu. Il faut en comprendre les codes, découvrir le marketing, apprendre les rudiments de la vente, poser les bases d’une bonne communication, etc. Devenir freelance, ça ne s’improvise pas. C’est tout un univers à découvrir. Depuis des mois, je consommais beaucoup de contenus gratuits, je lisais des livres business… J’avais acquis des compétences, mais c’était un peu le fouillis dans ma tête.

La Micropreneure Academy m’a apporté des outils concrets et bien structurés. Elle m’a aussi aidée à y voir plus clair, à définir ce que je voulais vraiment. Et là, surprise, ce n’est pas la rédaction web qui est apparue. J’ai enfin laissé parler mon cœur. Ce que je voulais vraiment depuis des années (je le savais sans oser me l’avouer), c’était devenir biographe. Rencontrer des gens, les écouter me raconter leur vie, écrire leur histoire, créer un livre…

Je ne vais pas détailler ici mes motivations profondes (il faudrait un article entier). Mais j’ai enfin arrêté de me mentir à moi-même et cette révélation a été un chamboulement total. Vous vous rendez compte ? J’avais investi du temps et de l’argent depuis un an pour devenir rédactrice web. Et il me fallait désormais bifurquer pour m’éloigner de mon projet initial. Impossible ! Le biais de cohérence s’est interposé pour semer la zizanie dans mon esprit. Je ne savais plus où j’en étais.

Ma création d’entreprise : une étape importante dans ma reconversion de prof des écoles

En janvier 2023, j’étais donc perdue. Et le hasard a voulu qu’une formation de biographe apparaisse sous mes yeux… Anne-Sylvie Pinel lançait son programme Devenir biographe juste au moment où je me disais que m’orienter vers ce métier était de la folie. Le cœur ou la raison, qui allait l’emporter, d’après vous ?

Vous vous en doutez : j’ai craqué. Comment ne pas m’engager dans cette voie professionnelle qui me faisait rêver ? J’ai donc à nouveau investi dans une formation, la troisième depuis le début de ma reconversion.

En février, je suivais donc deux formations en parallèle (Micropreneure Academy et Devenir biographe), tout en préparant le certificat Voltaire. Je l’ai obtenu avec la note honorable de 981 points sur 1000. Ce certificat valide les compétences en orthographe niveau « expert ». Il est conseillé de le passer quand on est un professionnel de l’écriture et de la correction.

Le 7 février 2023, j’ai enfin créé mon entreprise. Même si je ne me sentais pas prête à travailler avec des clients, j’avais besoin de cette structure. C’était une étape cruciale, un pas de géant pour asseoir ma légitimité. En effet, le syndrome de l’imposteur m’a souvent taraudée. Malgré mon attitude « combative » (terme employé par une psychologue), j’ai une fâcheuse tendance à douter de mes compétences et de ma capacité à réussir.

Après la création de ma microentreprise sur le site de l’INPI le 7 février, j’ai enchaîné les démarches administratives : compte URSSAF, impôts, ouverture d’un compte bancaire pro, assurance, etc. Au niveau de Pôle Emploi, je dois déclarer mon chiffre d’affaires chaque mois. Mon allocation est calculée ensuite en fonction des revenus générés par mon entreprise.

Ma reconversion de prof des écoles a alors franchi un nouveau cap. Désormais entrepreneure, j’ai terminé la Micropreneure Academy en avril et j’ai commencé à chercher des clients. J’ai eu quelques missions de rédaction web ponctuelles. Rien de mirifique.

Nouveaux projets d’orientation professionnelle

Ma première cliente en tant que biographe a été ma tante. De janvier à juin, nous avons travaillé ensemble sur un projet formidable : un livre illustré qui présente les 32 tableaux peints par mon oncle Alain (instituteur et artiste amateur, décédé en 2019). Nous avons inséré dans le livre des esquisses retrouvées dans son atelier et une partie biographique illustrée de photos et de documents personnels. Cette biographie, imprimée en dix exemplaires, a été donné aux membres de la famille cet été, qui ont tous apprécié ce beau souvenir, riche en couleurs et en émotions.

Chez ma tante, les tableaux d’Alain illuminent le séjour.

Pendant l’été, j’ai créé mon site internet de biographe. Je suis persuadée que chaque vie mérite d’être racontée, que chacun d’entre nous a un message à transmettre. Avec Filiaplume, je vous aide à écrire votre histoire pour partager votre parcours et votre vision du monde. Quelle que soit votre expérience (arts, sports, voyages, métier-passion, adoption, handicap, maladie, traumatisme…), vous pouvez en faire un livre.

Septembre 2023, un an après ma reconversion de prof des écoles

À l’heure où j’écris ces mots, je commence enfin à y voir plus clair dans mes objectifs professionnels. Je sais maintenant que je veux développer mon activité de biographe. Pour cela, je dois bâtir une stratégie de communication, sur internet et au niveau local :

  • création d’un blog sur le site de Filiaplume ;
  • rédaction d’articles sur la biographie et l’écriture de soi ;
  • publications régulières sur la page LinkedIn dédiée à l’entreprise ;
  • impression et distribution de marque-pages ;
  • contacts presse, etc.

Cette première année hors de l’Éducation nationale a été riche, mais difficile. Quand on a perdu l’habitude d’écouter ses besoins et d’exprimer ses envies, il faut réapprendre à se faire confiance. Si vous me suivez depuis longtemps, vous savez que je suis une battante. Je finis toujours par surmonter les obstacles. Toutefois, avec l’âge, je constate qu’il me faut plus de temps qu’avant. La peur de me tromper m’a parfois paralysée.

J’apprends à respecter mon rythme, à avancer selon mon propre cheminement, qui comporte parfois de grands détours. Ces contretemps peuvent sembler inutiles. Je pense, cependant, qu’il n’y a pas de hasard. Parfois, on n’est pas prêt à ouvrir une porte alors on tourne en rond devant, on hésite, on réfléchit… en attendant le bon moment. Cela permet aux pensées de mûrir. Des idées originales apparaissent. Elles nous apportent un nouveau souffle, une force intérieure qui nous est utile le jour où, enfin, nous franchissons le seuil.

L’entrepreneuriat est une grande aventure. Il faut s’accrocher pour faire face à tous les défis. Faire partie de groupes d’entraide est essentiel. J’ai ainsi rejoint le groupe Facebook des élèves FRW, le Slack de la Micropreneure Academy et le groupe Facebook Devenir biographe. Pendant cette année, j’ai fait de belles rencontres, en visio souvent, IRL parfois. Merci à toutes ces belles personnes qui ont nourri mon projet et ma réflexion (je ne les citerai pas, par peur d’en oublier et d’en froisser certaines).

Avancez dans votre projet de reconversion

Vous qui lisez cet article, vous êtes peut-être vous-même en phase de reconversion. Si tel est le cas, je vous souhaite de trouver votre voie et d’avancer avec confiance. Mon bilan professionnel reste assez mitigé. Je ne gagne pas encore de revenus suffisants avec mon entreprise (si le chômage n’existait pas, j’aurais peut-être été contrainte de reprendre un emploi salarié). Mais il m’a fallu du temps pour « guérir » de mon expérience d’enseignante. On ne balaie pas vingt ans de carrière d’un revers de main.

Patience et persévérance sont des mots que je me répète souvent depuis que je suis entrepreneure. J’ai changé de rythme en devenant indépendante. J’ai appris à faire taire mon syndrome de l’imposteur, à dompter mon besoin de perfection et à m’appuyer sur un réseau de relations. Et j’ai compris que les graines mettent du temps à germer… 🌱​

Quel est votre métier idéal ou l’activité qui vous passionne ? Envisagez-vous de vous reconvertir pour l’exercer à temps plein ?

PS. Le titre de cet article est, bien sûr, un 😉 au podcast de Florence Amaudru. Avant j’étais prof présente des témoignages d’enseignants en reconversion. C’est passionnant de découvrir leurs parcours et leurs astuces. Foncez l’écouter ! Et pour savoir comment Florence a eu l’idée de créer ce média, vous pouvez lire sur Lune Démasquée une interview exclusive.

Partagez cet article :

A lire également

3 Commentaires

  1. Bravo, tu as déjà un très joli parcours en peu de temps !
    Très belle idée ce Filiaplume. Il y a tellement d’histoires qu’on ne raconte pas 😊
    Je me retrouve un peu dans ton cheminement, la reconversion, les doutes, le syndrome de l’imposture… mais toi, tu es déjà très active 👍
    Je te souhaite une belle réussite !✨

  2. Bonjour Véronik,
    Je découvre ton commentaire un peu tardivement. Merci pour ces félicitations ! ☺️
    Nous sommes nombreux à traverser les mêmes phases lors d’une reconversion.
    Bon cheminement et belles réussites à toi aussi ! 🌠

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *