Reconversion d’une maîtresse d’école : prendre son envol

Reconversion : prendre son envol

Quand le travail devient souffrance, il est temps de voguer vers d’autres horizons. Cependant, changer de métier est complexe et suppose une vraie prise de risque. Pourquoi vouloir ainsi tout quitter ? N’y a-t-il pas des solutions plus simples ? Tour d’horizon de la question dans cette page de journal où je vous raconte mon propre cheminement.

Pourquoi changer de voie professionnelle ?

Perte de sens

Professeur des écoles depuis 19 ans, j’ai décidé récemment de changer de métier. En classe, les conditions de travail deviennent de plus en plus difficiles, comme je vous l’ai évoqué dans mon article sur le burn out des enseignants. Nous sommes nombreux à trouver qu’enseigner devient invivable au quotidien.

Difficultés relationnelles au travail

Les relations avec les collègues, avec certains parents, avec la hiérarchie sont de plus en plus souvent conflictuelles. Pourquoi ? On peut évoquer de multiples causes : stress, manque de temps, demandes de plus en plus pressantes, voire incompréhensibles…

Les projets menés en équipe permettaient auparavant de créer une cohésion. Aujourd’hui l’individualisme domine. Chacun vise ses propres objectifs en perdant le sens du travail collectif. Il devient difficile de fédérer. Je n’ai pas eu la chance, dans ma carrière, d’enseigner dans des écoles où il y avait une vraie cohésion d’équipe.

L’usure de la routine

Être enseignant est une chance : chaque année scolaire est différente. En septembre, on a de nouveaux élèves, de beaux cahiers neufs, des projets pour les dix mois de classe. J’aimais cette diversité en début de carrière. Je me sentais polyvalente, capable de m’adapter à tout.

Pourtant, au fil des ans, je m’aperçois que les mêmes situations reviennent sans cesse et que la lassitude s’installe.

Grâce à la thérapie, je suis devenue plus honnête avec moi-même. J’accepte maintenant de reconnaître que certaines choses me déplaisent dans ce métier :  corriger les cahiers, faire des commandes de matériel, organiser des projets (contact avec les intervenants, réservation du bus, mots dans les cahiers…), emmener les élèves à la piscine, partir en sortie scolaire à la journée, etc.

La fatigue nerveuse

Avec l’âge, la résistance nerveuse s’amenuise. Si la relation avec les élèves peut aider à positiver pour tenir quelques mois, voire quelques années supplémentaires, on finit par comprendre qu’il sera difficile d’arriver à la retraite en bonne santé.

Pour ma part, je supporte de moins en moins :

  • les petits bruits parasites en classe
  • les disputes entre élèves
  • les consignes qu’il faut sans cesse répéter
  • les récréations sous la pluie, dans le vent ou par grand froid
  • le manque d’intérêt des enfants, qui semblent de moins en moins curieux
  • les séances de sport où il faut jouer les coachs pour tenter de les motiver…

Quitter son job : y a-t-il d’autres solutions ?

Demander une mutation interne ?

La première piste à explorer pour un enseignant est de demander à changer de fonction (devenir remplaçant, par exemple) ou d’école. C’est assez simple : chaque année, vous faites des vœux et si vous avez de la chance, vous êtes nommé sur l’un des postes que vous avez mis dans votre liste. Plus on a d’ancienneté, plus on a de points, et donc davantage de chance de « muter ».

En réalité, le système a beaucoup évolué ces dernières années et changer d’école devient presque impossible. Une fois qu’ils ont obtenu un poste près de chez eux, la plupart des collègues ne bougent plus. Le vivier de postes qui se libèrent est donc très restreint.

Repartir à zéro

Imaginons que vous réussissiez quand même à changer d’école. Changer de poste vous apporte un vrai regain d’intérêt : école différente, nouveaux collègues, élèves et parents à découvrir. C’est tout beau, tout neuf !

Le revers de la médaille est qu’il faut alors se réadapter, comme toute personne qui occupe de nouvelles fonctions, que ce soit dans le secteur public ou le secteur privé. Vous devez tout reprendre à zéro, comprendre le fonctionnement propre à l’école, rencontrer tous les partenaires, faire vos preuves… Et c’est assez difficile.

Plus on avance en âge, et moins on a envie de faire cet effort d’adaptation. Quand vous êtes le dernier arrivé, vous prenez ce qui reste. Vous n’avez donc pas le choix de votre niveau de classe. Et si par malchance, c’est un niveau que vous n’avez jamais eu, il vous faut alors construire toutes vos séances dans toutes les matières, ce qui demande du temps et de l’énergie. Pour mémoire, un professeur des écoles enseigne dix matières différentes (onze si on sépare l’histoire et la géographie).

J’ai changé d’école en septembre 2020. J’ai fait tous les efforts nécessaires pour que la première année se passe bien. Ce fut le cas. En juillet, j’ai reçu des cadeaux, des dessins, des petits mots… une vraie reconnaissance qui m’a fait chaud au cœur. A la rentrée suivante, pourtant, je n’avais pas envie de retourner en classe.

Vous l’aurez compris : il vient un moment où la lassitude s’installe. Rien ne permet de trouver un nouvel élan ni de s’épanouir. Il faut alors se rendre à l’évidence : la seule solution, c’est la reconversion.

Quelles sont les étapes d’une reconversion professionnelle ?

Faire un travail sur soi

Quand on cherche sur le Net, le nombre d’étapes d’une reconversion réussie varie d’un site à l’autre. Y a-t-il 5, 6, 7 étapes ou 10 ? Tout dépend de votre situation et de votre projet. Pour ma part, je pense qu’il ne faut pas négliger l’étape 0 : avant d’envisager de changer de métier, il faut faire un travail sur soi.

Les personnes en burn out le savent bien : quand on tombe au fond du trou, il est indispensable de faire appel à un thérapeute pour réussir à remonter la pente. Retrouver l’estime de soi, reprendre confiance dans ses capacités professionnelles. Cela prend du temps. Pour moi ce furent les quatre saisons d’un burn out.

Construire son projet et se former

Ensuite, il faut faire des recherches pour construire son projet. Un bilan de compétences peut aider à revenir sur son parcours. C’est en étant curieux, en lisant des témoignages, en écoutant des podcasts ou en regardant des vidéos qu’on finit, un jour, par trouver sa voie. Dans mon cas, ce fut un véritable déclic.

C’était il y a tout juste un mois, le premier novembre 2021.

En quelques jours, j’ai construit mon projet et j’ai investi dans une formation en ligne. Fin novembre, j’ai commencé à suivre les cours et à rendre les exercices demandés. Et devinez quoi ? C’est le bonheur !

Je découvre un nouveau monde, riche de milliers d’opportunités ! J’ai hâte d’apprendre, de progresser, de me projeter dans mon futur métier. Cette formation va durer six mois. J’aurai donc le temps de vous en reparler.

La transition professionnelle est-elle une forme de thérapie ?

Préparer son départ de l’Éducation Nationale

Aujourd’hui, j’ai franchi une nouvelle étape : j’ai envoyé ma demande de rupture conventionnelle pour quitter l’Éducation Nationale. Je veux devenir travailleur indépendant. Pour cela, je dois créer une microentreprise, ce qui n’est pas autorisé quand on est prof à temps complet. J’ai donc décidé de partir. Les démarches prendront quelques semaines.

Je vais perdre mon poste bien sûr, mais également mon statut de fonctionnaire et la sécurité de l’emploi. Je vais me lancer dans l’entrepreneuriat, sans aucune certitude sur mes futurs revenus. C’est une énorme prise de risque, je le sais.

Retrouver la liberté après l’emprise

Pourtant, ce soir, je suis plus sereine que jamais. Pourquoi ? Parce que j’ai agi seule. Des décisions s’imposaient et je les ai prises seule, en toute autonomie. Cela peut paraître simple quand on n’a pas connu l’emprise. Pour les victimes de violence psychologique, retrouver la capacité de décider seules de leur vie est une vraie victoire.

Pendant dix-sept ans, j’ai vécu sous emprise.

Au fil du temps, j’avais perdu ma capacité à mener seule ma vie. Je doutais de tout, de mes qualités, de mes goûts, de mon intuition. Je ne savais plus qui j’étais ni ce que je voulais faire de mon existence. D’ailleurs, avais-je vraiment une existence propre ? N’étais-je pas plutôt l’esclave de cet homme, qui décidait tout pour moi et me faisait croire que je ne valais rien sans lui ? 

Relever le défi de l’entrepreneuriat

Devenir entrepreneure est un immense défi, mon défi de l’année 2022. Ce soir, je sais que je fais le bon choix. Je n’ai aucun doute, aucune crainte. J’avance vers la liberté, en toute sérénité. J’ai confiance en moi, comme s’il me poussait des ailes.

Je suis là où je (dois) être.

Je suis là où je veux être.


Pour comprendre l’emprise et ses conséquences, je vous conseille cette conférence d’Anne-Laure Buffet.

Découvrez ma série de trois articles sur ma reconversion professionnelle, de prof à rédactrice web.

Logo 2022 : une lune orange et le titre Lune démasquée

Rayons de Lune
Restons en phase !

Recevez l’actualité
du blog chaque mois

Diffusez cet article dans votre univers :

17 réponses à “Reconversion d’une maîtresse d’école : prendre son envol”

  1. Avatar de Latmospherique

    C’est super Nina! Bravo pour ce grand pas en avant! On te sent en phase avec ta décision et tes choix pour le futur.
    Oui l’emprise détruit notre manière de penser et de fonctionner. C’est un cheminement intérieur pour retrouver sa place et s’affirmer.
    Je suis très heureuse pour toi pour ce nouveau départ. C’est inspirant.
    Je te souhaite une bonne fin de soirée et un excellent weekend.
    Au plaisir d’en lire plus très prochainement sur ta reconversion.

    1. Avatar de Nina

      Merci Marie 🌟
      Si c’est inspirant, c’est très bien. Partager de bonnes nouvelles est toujours un plaisir.
      Il me reste encore du chemin à faire (par exemple, pour mettre ma photo ou mon nom sur Internet).
      Je progresse, pas à pas.
      Et je poursuis le cheminement commencé sur ce blog il y a bientôt 2 ans. Déjà !

      1. Avatar de sandmayer

        Un grand bravo Nina ! Partager ton parcours, ton expérience, va être une grande source d’inspiration pour beaucoup !

        1. Avatar de sandmayer

          L’essentiel c’est d’avoir trouver ton support, ton outil pour libérer et partager ! L’écriture te va à merveille et je suis certaine que ce projet va devenir grand grand grand !!

          A bientôt
          Passe une bonne semaine 🙂

        2. Avatar de Nina

          Merci Sand !
          Tu m’as aidée aussi par ton parcours de résilience. Je n’ai pas le courage de témoigner en vidéo, comme tu l’as fait (et Marie également). Je suis plus à l’aise à l’écrit alors je partage ce modeste journal.
          J’aurais des choses à dire sur l’emprise et le carcan de l’Éducation Nationale. Un jour, peut-être, quand je ne serai plus fonctionnaire…
          Bonne journée, Sand 🔆

  2. Avatar de Nina

    Merci Marie 🌟
    Si c’est inspirant, c’est très bien. Partager de bonnes nouvelles est toujours un plaisir.
    Il me reste encore du chemin à faire (par exemple, pour mettre ma photo ou mon nom sur Internet).
    Je progresse, pas à pas.
    Et je poursuis le cheminement commencé sur ce blog il y a bientôt 2 ans. Déjà !

    1. Avatar de sandmayer

      Un grand bravo Nina ! Partager ton parcours, ton expérience, va être une grande source d’inspiration pour beaucoup !

      1. Avatar de sandmayer

        L’essentiel c’est d’avoir trouver ton support, ton outil pour libérer et partager ! L’écriture te va à merveille et je suis certaine que ce projet va devenir grand grand grand !!

        A bientôt
        Passe une bonne semaine 🙂

      2. Avatar de Nina

        Merci Sand !
        Tu m’as aidée aussi par ton parcours de résilience. Je n’ai pas le courage de témoigner en vidéo, comme tu l’as fait (et Marie également). Je suis plus à l’aise à l’écrit alors je partage ce modeste journal.
        J’aurais des choses à dire sur l’emprise et le carcan de l’Éducation Nationale. Un jour, peut-être, quand je ne serai plus fonctionnaire…
        Bonne journée, Sand 🔆

  3. Avatar de 1ubit

    comme c’est merveilleux de trouver la liberté ! Bonne chance.
    Je comprends cet état de l’intérieur. Je suis à un stade similaire de ma vie.

    1. Avatar de Nina

      Merci !
      C’est une double liberté : travailler en toute indépendance et me libérer du passé.
      Ce métier, je l’ai « choisi » pendant l’emprise, pour répondre à son besoin d’avoir une famille nombreuse avec une mère disponible pour les enfants… et pour lui (« bobonne à la maison » comme je dis).
      Bon courage pour tes projets. Changer de vie demande beaucoup de volonté et quelques sacrifices, mais ça en vaut la peine.
      La liberté n’a pas de prix. 🕊️

      1. Avatar de 1ubit

        comme tu l’as dit à juste titre. Je souhaite que la vie te plaise !

  4. Avatar de sandmayer

    Un grand bravo Nina ! Partager ton parcours, ton expérience, va être une grande source d’inspiration pour beaucoup !

    1. Avatar de sandmayer

      L’essentiel c’est d’avoir trouver ton support, ton outil pour libérer et partager ! L’écriture te va à merveille et je suis certaine que ce projet va devenir grand grand grand !!

      A bientôt
      Passe une bonne semaine 🙂

    2. Avatar de Nina

      Merci Sand !
      Tu m’as aidée aussi par ton parcours de résilience. Je n’ai pas le courage de témoigner en vidéo, comme tu l’as fait (et Marie également). Je suis plus à l’aise à l’écrit alors je partage ce modeste journal.
      J’aurais des choses à dire sur l’emprise et le carcan de l’Éducation Nationale. Un jour, peut-être, quand je ne serai plus fonctionnaire…
      Bonne journée, Sand 🔆

  5. Avatar de Nina

    Merci !
    C’est une double liberté : travailler en toute indépendance et me libérer du passé.
    Ce métier, je l’ai « choisi » pendant l’emprise, pour répondre à son besoin d’avoir une famille nombreuse avec une mère disponible pour les enfants… et pour lui (« bobonne à la maison » comme je dis).
    Bon courage pour tes projets. Changer de vie demande beaucoup de volonté et quelques sacrifices, mais ça en vaut la peine.
    La liberté n’a pas de prix. 🕊️

    1. Avatar de 1ubit

      comme tu l’as dit à juste titre. Je souhaite que la vie te plaise !

  6. Avatar de Nina

    Merci Sand !
    Tu m’as aidée aussi par ton parcours de résilience. Je n’ai pas le courage de témoigner en vidéo, comme tu l’as fait (et Marie également). Je suis plus à l’aise à l’écrit alors je partage ce modeste journal.
    J’aurais des choses à dire sur l’emprise et le carcan de l’Éducation Nationale. Un jour, peut-être, quand je ne serai plus fonctionnaire…
    Bonne journée, Sand 🔆

  7. Avatar de 1ubit

    comme tu l’as dit à juste titre. Je souhaite que la vie te plaise !

  8. Avatar de Pigraï Flair / La culture a du sens

    Bravo Nina pour ce pas décisif et courageux. En fait la liberté a un prix, celui de l’énergie nécessaire et de gagner moins dans un premier temps, mais à condition de tenir au delà des 3 voire 5 premières années, une entreprise peut s’avérer « payante » et très épanouissante. C’est la motivation et le sens que l’on met dans cette nouvelle activité qui vont être déterminants pour la suite. Pour avoir créer deux micro-entreprises dans le passé, je te conseille de ne pas rester isolé, de prendre conseils auprès de gens « avertis » et positifs, d’entretenir un réseau.
    Bonne chance. Tu as fait le premier pas, le plus difficile.
    Amicalement,
    Alan

    1. Avatar de Nina

      Merci beaucoup Alan.
      Se constituer un réseau est un vrai défi pour moi. Je m’y emploie dès maintenant.
      Qu’as-tu fait de tes entreprises ?
      Bonne soirée

      1. Avatar de Pigraï Flair / La culture a du sens

        C’est loin derrière moi maintenant. La dernière en date était liée à l’illustration mais je ne dégageait pas assez de revenus pour ma famille. J’ai du arrêter à grand regret. Mais ce n’est pas grave car je l’ai fait fait. L’important est de réaliser une passion, un centre d’intérêt puissant. J’ai changé souvent de métier ou de type de travail dans ma vie. En France c’etait mal vu. Au Québec ou aux États-Unis c’est l’inverse. Ce sont des expériences. La vie est faite d’expériences et de rencontres et c’est ce qui la rend intéressante.
        Je me permets de te parler de 2 assos qui aident les créateurs ou créatrices à se lancer et surtout être accompagnés et trouver un réseau. Il s’agit d’Elan créateur et de Cigales.
        Bonne semaine et bonne chance. Comme on dit au Québec: « tu es capable « !

        1. Avatar de Nina
  9. Avatar de Nina

    Merci beaucoup Alan.
    Se constituer un réseau est un vrai défi pour moi. Je m’y emploie dès maintenant.
    Qu’as-tu fait de tes entreprises ?
    Bonne soirée

    1. Avatar de Pigraï Flair / La culture a du sens

      C’est loin derrière moi maintenant. La dernière en date était liée à l’illustration mais je ne dégageait pas assez de revenus pour ma famille. J’ai du arrêter à grand regret. Mais ce n’est pas grave car je l’ai fait fait. L’important est de réaliser une passion, un centre d’intérêt puissant. J’ai changé souvent de métier ou de type de travail dans ma vie. En France c’etait mal vu. Au Québec ou aux États-Unis c’est l’inverse. Ce sont des expériences. La vie est faite d’expériences et de rencontres et c’est ce qui la rend intéressante.
      Je me permets de te parler de 2 assos qui aident les créateurs ou créatrices à se lancer et surtout être accompagnés et trouver un réseau. Il s’agit d’Elan créateur et de Cigales.
      Bonne semaine et bonne chance. Comme on dit au Québec: « tu es capable « !

      1. Avatar de Nina
  10. Avatar de Pigraï Flair / La culture a du sens

    C’est loin derrière moi maintenant. La dernière en date était liée à l’illustration mais je ne dégageait pas assez de revenus pour ma famille. J’ai du arrêter à grand regret. Mais ce n’est pas grave car je l’ai fait fait. L’important est de réaliser une passion, un centre d’intérêt puissant. J’ai changé souvent de métier ou de type de travail dans ma vie. En France c’etait mal vu. Au Québec ou aux États-Unis c’est l’inverse. Ce sont des expériences. La vie est faite d’expériences et de rencontres et c’est ce qui la rend intéressante.
    Je me permets de te parler de 2 assos qui aident les créateurs ou créatrices à se lancer et surtout être accompagnés et trouver un réseau. Il s’agit d’Elan créateur et de Cigales.
    Bonne semaine et bonne chance. Comme on dit au Québec: « tu es capable « !

    1. Avatar de Nina
  11. Avatar de Nina
  12. Avatar de sandmayer

    L’essentiel c’est d’avoir trouver ton support, ton outil pour libérer et partager ! L’écriture te va à merveille et je suis certaine que ce projet va devenir grand grand grand !!

    A bientôt
    Passe une bonne semaine 🙂

  13. Avatar de Marie

    Bravo Nina ! Ce n’est sûrement pas une décision facile à prendre. Je te souhaite tout le succès possible dans ton entreprise. Dans quel domaine as-tu choisi de te lancer ?

    1. Avatar de Nina

      Bonjour Marie, et merci pour tes félicitations.
      C’est chouette de te revoir par ici, après mon déménagement (j’ai malheureusement perdu mes abonnés wordpress.com).
      Non, la reconversion n’est pas une décision facile à prendre. J’ai commencé à y penser il y a… dix ans ! Les circonstances de la vie m’en ont ensuite détournée. J’étais un peu dans le déni, le piège abscons… Je me disais qu’avec l’expérience, je finirais par m’épanouir dans ce métier, trouver l’école et le niveau de classe où tout irait bien.
      Et puis, un jour, en octobre 2021, il y a eu la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Un ras-le-bol de l’Éducation Nationale, un besoin impérieux de partir.
      Le déclic qui me manquait a été de me réaliser que je voulais devenir entrepreneure, travailler en indépendante, m’organiser seule. Ensuite, quelques recherches ont suffi pour trouver mon futur métier, en lien avec l’écriture, ma passion de toujours : rédactrice web. Je suis actuellement la formation FRW Liberté de Lucie Rondelet.
      Bonne journée, Marie.

  14. Avatar de Nina

    Bonjour Marie, et merci pour tes félicitations.
    C’est chouette de te revoir par ici, après mon déménagement (j’ai malheureusement perdu mes abonnés wordpress.com).
    Non, la reconversion n’est pas une décision facile à prendre. J’ai commencé à y penser il y a… dix ans ! Les circonstances de la vie m’en ont ensuite détournée. J’étais un peu dans le déni, le piège abscons… Je me disais qu’avec l’expérience, je finirais par m’épanouir dans ce métier, trouver l’école et le niveau de classe où tout irait bien.
    Et puis, un jour, en octobre 2021, il y a eu la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Un ras-le-bol de l’Éducation Nationale, un besoin impérieux de partir.
    Le déclic qui me manquait a été de me réaliser que je voulais devenir entrepreneure, travailler en indépendante, m’organiser seule. Ensuite, quelques recherches ont suffi pour trouver mon futur métier, en lien avec l’écriture, ma passion de toujours : rédactrice web. Je suis actuellement la formation FRW Liberté de Lucie Rondelet.
    Bonne journée, Marie.

  15. […] → Reconversion des enseignants : prendre son envol […]

  16. […] → Reconversion : prendre son envol […]

  17. […] à lire : Êtes-vous hypersensible ? pour découvrir les facettes de l’hypersensibilitéReconversion : prendre son envol, un témoignage sur la souffrance au travail et la difficulté de faire des choix pour […]

Laisser un commentaire