Peut-on vivre sans passé ?

Image Unsplash : Brennan Martinez

Quel rôle le passé joue-t-il dans notre vie actuelle ? Est-il un poids qu’il faut oublier, occulter ? Devons-nous, au contraire, prendre le temps de l’explorer pour s’appuyer sur nos expériences vécues ?

Nostalgiques des années 80, collectionneurs d’objets depuis l’enfance, certains d’entre nous vivent dans le passé.

« Tout le monde n’a pas eu la possibilité de faire un juste apprentissage de ses émotions, c’est-à-dire de les recevoir et de les exprimer quand elles se présentent à lui. »

Bien souvent, rester prisonnier de son passé est la preuve que certaines choses n’ont pas été réglées, qu’un fort traumatisme n’a pas été « digéré » à temps. Il nous tire vers l’arrière et nous empêche d’avancer.

Internet et les réseaux sociaux participent à cet ancrage dans le passé : ils nous permettent, si nous le souhaitons, de retrouver trace d’anciennes connaissances ou de conserver des liens avec toutes les personnes qui ont jalonné notre parcours. Les sites tels que copainsdavant ou trombi répondent à un besoin de renouer ainsi des liens avec notre enfance ou notre adolescence. Est-ce positif ?

Lire la suite de « Peut-on vivre sans passé ? »

Fragile

Certaines mélodies s’imposent à nous sans prévenir. Elles nous trottent dans la tête, l’air de rien, comme des messages de notre inconscient.

La pluie tombera comme les larmes d’une étoile

If blood will flow when flesh and steel are one
Drying in the colour of the evening sun
Tomorrow’s rain will wash the stains away
But something in our minds will always stay
Perhaps this final act was meant
To clinch a lifetime’s argument
That nothing comes from violence and nothing ever could
For all those born beneath an angry star
Lest we forget how fragile we are

On and on the rain will fall
Like tears from a star, like tears from a star
On and on the rain will say
How fragile we are, how fragile we are

Comprendre l'emprise

Si la victime n’a plus rien, elle n’est plus rien.

Anne-Laure Buffet, psychothérapeute

Le 15 mars 2014, j’emménageais seule dans un petit appartement, à 500 mètres de la maison familiale où j’abandonnais mes enfants, restés avec leur père. Ce jour-là, je perdais tout. Ce départ était une folie, une fuite. C’était également la seule issue possible. J’étais épuisée par des années de vie avec lui, 17 ans pour être exacte, et je sais aujourd’hui pourquoi : mon ex est un pervers narcissique.

J’ai commencé à évoquer cette hypothèse en janvier 2019 après quelques lectures sur le sujet. Le malaise grandissait en moi mais je refusais d’accepter cette idée. La révélation, le déclic, la certitude, je les ai eus deux mois plus tard, en écoutant une conférence.

« L’emprise, la comprendre pour s’en libérer » | Anne-Laure Buffet, psychothérapeute

La conférencière commence par raconter l’histoire de Pierre et Lucie, qui se rencontrent sur les bancs de la fac. Pierre est plutôt bel homme, charmeur, agréable. Il s’intéresse très vite à Lucie, une étudiante calme, réservée, plutôt bonne élève. Lucie est flattée que Pierre s’intéresse à elle… le piège se met en place.

Lire la suite de « Comprendre l'emprise »