Une dépression ? Non merci

Suis-je dépressive ? Je ne crois pas. Et quand bien même, je le serais. Où est le problème ? La dépression est une maladie (presque) comme les autres. Analyse.

Photo Unsplash (recadrée) : Matthew Henry

Lors d’une séance chez mon thérapeute, nous avons évoqué le diagnostic différentiel : « Le diagnostic différentiel est l’identification d’une pathologie grâce à la comparaison entre eux des symptômes dus à plusieurs affections voisines que l’on cherche à différencier les unes des autres en utilisant un processus d’élimination logique ».

Le thérapeute m’a interrogée sur diverses affections, qui pourraient expliquer mes symptômes et difficultés actuels. Après quelques minutes d’échange sur ce sujet, il a conclu en me posant une question : « Vous semblez rejeter l’idée de la dépression. Qu’est-ce qui vous dérange dans la dépression ?«  Sur le moment, je n’ai pas trouvé de réponse. J’y ai réfléchi ensuite.

La dépression : qu’est-ce que c’est ?

Il existe de nombreuses références sur la dépression. Je vous résume ici la vidéo WhyDoc #32 de Corentin Lacroix, médecin généraliste.

La dépression (ou épisode dépressif majeur) est une maladie fréquente : elle touche 1 personne sur 5 au cours de sa vie. Elle est caractérisée par une chute durable de l’humeur. On reste coincé dans la tristesse, une tristesse intense et permanente. On voit tout en noir, on se trouve nul et on n’a envie de rien (vision pessimiste de soi et du monde). On est fatigué et on perd tout plaisir dans la vie. Le cerveau est endormi, les idées tournent au ralenti. Les fonctions automatiques du corps sont déréglées (sommeil, appétit, libido) et des troubles somatiques peuvent apparaître (maux de tête, cœur qui s’emballe, bouffées de chaleur, douleurs dans le ventre…). Ces symptômes durent plus de deux semaines, contrairement à une simple phase de déprime.

Lire la suite

Rayons de lune #21-05

Que s’est-il passé en mai ? Thérapie, sommeil et vidéos. Lectures passées et à venir (coup de chœur).

Bouquet offert par mes filles ● 30 mai

Thérapie

Comme je vous l’avais dit fin avril, j’ai décidé de faire une pause concernant la psychologie. J’espérais pouvoir ainsi me consacrer davantage à mes loisirs créatifs… ce qui ne fut pas le cas. Le temps passe, les journées défilent, le travail prend beaucoup de place (comme toujours en fin d’année scolaire). Bref, j’ai dû revoir mes prétentions à la baisse.

Je poursuis ma thérapie. Et j’avance, pas à pas. Ma colère est sortie en avril. J’ai pu mettre en mots certaines souffrances. Elles ont été écoutées. Et entendues, ce qui est rare. Mes interlocuteurs m’ont comprise. Ils ont tenté d’apporter des réponses à mes questions. Il faudra encore des mois d’écoute, patiente et attentive, pour dénouer tous les fils. Mais désormais je me sens soutenue. Et c’est là l’essentiel.

Insomnie et carte mentale

Mon sommeil, en revanche, s’est à nouveau dégradé. 12 nuits ≥ 8 heures, c’est moins qu’en avril (19). Insomnies, réveils nocturnes et cauchemars sont toujours présents. J’apprends à accepter la situation, tout en essayant de l’améliorer en me couchant à heure fixe. J’apprécie les journées où je me réveille fraîche et reposée, pleine d’énergie. Ça me donne la pêche pour supporter les jours gris.

Lire la suite