[Dessin] Poison(s)

Après avoir tondu la pelouse, et broyé au passage quelques champignons, j’ai eu envie de dessiner de l’herbe…

Poison(s) – 23 mai 2020
Stylo noir, crayons de vouleur

De l’herbe, un champignon et un épi… qui s’est transformé en serpent. De là est partie l’idée de poison, de danger, de peur, illustrée par différents symboles.

Araignée, volcan en éruption et catastrophes naturelles, radioactivité nucléaire, venin de serpent, pollen (je suis allergique aux graminées), champignon vénéneux (points blancs sur fond rouge, comme sur les amanites tue-mouches), souris ou rat, galeries pour illustrer la claustrophobie, poison et son symbole de tête de mort…

Ce dessin regorge de peurs et de dangers plus ou moins explicites, qui résonneront (ou pas) pour chacun d’entre nous

Pour ma part, je vois également ces piquants noirs dans l’herbe, qui peuvent me blesser. Et ces formes qui évoquent des yeux, noyés dans des couleurs psychédéliques, comme dans ces cauchemars où je me sens observée.

Et vous, que voyez-vous ? Quelles sont vos peurs, vos phobies ?

[Chronique] [Dessin] Interpréter ses rêves

Les rêves sont des messages. Comment les interpréter ?

Plumes – 21 avril 2020
Stylo, feutre noirs, crayons de couleurs

J’ai toujours aimé les symboles, comme dans ce dessin : des plumes, un liquide rouge (est-ce de l’encre ou du sang ?), des pattes, un œil peut-être…

Et j’ai toujours beaucoup rêvé, sans prêter attention au contenu de mes rêves. Il y avait bien des situations récurrentes, des émotions suscitées par les rêves (la gêne souvent, la honte, la peur…) dont je me souvenais au réveil, des personnes de mon entourage que je « croisais » pendant la nuit mais j’oubliais tout cela dès que je mettais le pied à terre.

Ce n’est que l’an dernier que j’ai commencé à m’interroger sur le contenu des rêves. En discutant avec ma fille, j’ai appris que l’on pouvait interpréter certains signes ou symboles en utilisant un « dictionnaire des rêves ». Elle m’a recommandé celui du site Psychologies. Pour en avoir testé d’autres trouvés sur le net, je reconnais que c’est celui que je préfère car il est clair, nuancé et positif.

Comment interpréter ses rêves ? Il est important avant tout de pouvoir conserver au réveil la mémoire des éléments oniriques. Pour cela, mieux vaut ne pas être dérangé quand on émerge du sommeil, se remémorer la nuit, les rêves ou cauchemars et les noter. Pensez à laisser un bloc-note et un crayon sur votre table de chevet.

En lisant le dictionnaire des rêves, on apprend peu à peu que si le symbole ou l’objet est la clé d’entrée, les détails sont importants. Prenons un exemple. Imaginons que vous vous trouviez en rêve dans une voiture.

Lire la suite

[Journal] Consultation déconfinée

Cet après-midi, je suis allée chez le médecin. Ce fut une consultation un peu particulière.

La salle d’attente : quatre chaises bien espacées et pas un seul autre objet

Il fallait que j’y aille. Je le savais depuis deux mois. Évidemment, plus la date approchait, plus je repoussais le moment d’appeler la secrétaire pour prendre rendez-vous. Peur de déranger, sentiment de n’être pas légitime, comme toujours…

Ce matin, au téléphone, elle m’a d’abord dit qu’il faudrait attendre la semaine prochaine. Je n’ai réalisé qu’après avoir raccroché, en ouvrant mon agenda, que demain, vendredi 8 mai, était férié (je suis tellement déconnectée que j’avais négligé ce détail). Mon arrêt de travail se terminant dimanche soir, j’ai demandé s’il était possible d’avoir un rendez-vous avant lundi.

« Alors, ça sera samedi matin en visio ». Heu… Alors là, moi qui suis timide et n’ose pas exprimer mes besoins, j’ai osé dire non. La visio est une expérience qui ne me tente pas du tout. « Vous pouvez venir cet après-midi avec la remplaçante, dans ce cas ». Oui, je préfère, merci.

Lire la suite

[Journal] [Dessin] Retour à la vie

Trio de fleurs – 20 avril 2020

C’est un de mes récents dessins.

Trois fleurs, des graphismes, une carte ouverte… À moins que ce ne soit un tapis volant. Explosion de couleurs, confettis, volutes légères.

Oui, j’ai besoin de nature, de joie et de légèreté. Pour revenir à la vie. Enfin.

Resituons le contexte. 17 ans d’emprise et de violence sournoise. Puis 5 ans d’errance. Avant de pouvoir, enfin, mettre des mots sur ce que j’avais vécu. Le choc. C’était en mars 2019.

Découvrir que le père de ses enfants est un manipulateur à tendance paranoïaque fut pénible. Douloureux. Comme si j’avais passé toutes ces années avec un inconnu.

Ce n’était que la première étape, la partie émergée de l’iceberg.

Lire la suite

[Journal] Prendre soin de soi

Photo Unsplash : Malte Wingen

Nous avons tous tendance à nous dévouer pour les autres en nous oubliant nous-mêmes. Nous privilégions le travail, les enfants, la famille… sans trouver le temps de développer nos propres centres d’intérêt ou de prendre soin de notre corps.

Depuis 2017, la notion de charge mentale nous est devenue familière. Elle nous dit tout ce que nous avons à supporter au quotidien, surtout pour les femmes (mais pas que). La situation actuelle de confinement ne fait que renforcer cette concentration des tâches. Il devient donc vital de prendre du temps pour soi.

Comment s’apaiser ?

Cela fait trois mois maintenant que je suis en arrêt suite à un burn out. Si les premières semaines ont été très agitées, j’ai vite ressenti le besoin de m’apaiser, tant psychiquement (faire cesser les ruminations, calmer l’anxiété…) que physiquement (détendre mon corps épuisé, réduire les manifestations somatiques du stress telles que les migraines, les acouphènes, les tensions musculaires…).

Début février, j’ai fouillé sur youtube pour trouver la méthode qui pourrait me convenir. Méditation ? Yoga ? Relaxation ? Les vidéos sont nombreuses, les approches variées et je me suis retrouvée un peu perdue. Que faire ? Qu’est-ce qui me conviendrait, à moi ?

Lire la suite

[Journal] Être sujet

Mercredi, je suis allée marcher sur la plage. Avais-je le droit de le faire ?

Voici ce qui s’est passé. J’allais arriver chez le dentiste et j’avais trente minutes d’avance. La route qui mène au cabinet dentaire est la voie directe pour rejoindre la mer. Au lieu de prendre la sortie vers le village, j’ai poursuivi mon trajet jusqu’à la plage. Je suis restée quinze minutes sur le sable. Le vent me caressait les joues. Le murmure des vagues me berçait doucement. J’ai fermé les yeux. Le soleil a percé timidement les nuages pour venir me taper sur l’épaule. Je me suis retournée pour lui sourire.

C’est une scène anodine en apparence. Et pourtant…

Lire la suite

[Chronique] Peut-on vivre sans passé ?

Image Unsplash : Brennan Martinez

Quel rôle le passé joue-t-il dans notre vie actuelle ? Est-il un poids qu’il faut oublier, occulter ? Devons-nous, au contraire, prendre le temps de l’explorer pour s’appuyer sur nos expériences vécues ?

Nostalgiques des années 80, collectionneurs d’objets depuis l’enfance, certains d’entre nous vivent dans le passé.

« Tout le monde n’a pas eu la possibilité de faire un juste apprentissage de ses émotions, c’est-à-dire de les recevoir et de les exprimer quand elles se présentent à lui. »

Bien souvent, rester prisonnier de son passé est la preuve que certaines choses n’ont pas été réglées, qu’un fort traumatisme n’a pas été « digéré » à temps. Il nous tire vers l’arrière et nous empêche d’avancer.

Internet et les réseaux sociaux participent à cet ancrage dans le passé : ils nous permettent, si nous le souhaitons, de retrouver trace d’anciennes connaissances ou de conserver des liens avec toutes les personnes qui ont jalonné notre parcours. Les sites tels que copainsdavant ou trombi répondent à un besoin de renouer ainsi des liens avec notre enfance ou notre adolescence. Est-ce positif ?

Lire la suite