[Texte] État d’urgence

Pour le Challenge écriture #20 lancé par Marie Kléber, j’ai choisi trois mots évoqués par ce collage :

Œuvre originale : Marie Kléber (& Fils)

Mes trois mots sont : mixité, colère, nature. À partir de ces mots a germé l’idée d’un texte (un peu) futuriste.

Note de l’autrice : Toute coïncidence avec une situation existant ou ayant existé serait purement fortuite…

État d’urgence

— « Pour cette édition spéciale, le professeur Charlie C19-243 est notre invité. Il souhaite s’exprimer au nom de la communauté scientifique pour dénoncer les choix politiques de ces dernières années. C’est bien cela, professeur ?

— Tout à fait ! Suite à la crise du pangolin hermaphrodite, les chercheurs en ethnologie animale, dont je fais partie, sont indignés ! Je veux exprimer, une nouvelle fois, nos mises en garde. Ce que nous vivons est logique : à trop vouloir nier la mixité, à trop essayer d’uniformiser le monde, nous avons anéanti la biodiversité !

— Pouvez-vous détailler votre propos pour nos auditeurs, professeur ?

— Comme vous le savez, le fonctionnement binaire a été rejeté par les citoyens lors de la Révolution Bleue. Au nom de la liberté individuelle, chacun a décidé de s’isoler. Ce fut une grave erreur que nous, scientifiques, avons dénoncé à l’époque. Malheureusement, nos instances dirigeantes ont entériné cette évolution en votant à l’unanimité pour le protocole sanitaire qui a conforté ce nouveau modèle de société. Tous pareils ! Tous unisexes ! Distanciation, disparition des genres mâle et femelle, stérilisation, inclusion, reproduction par clonage ou scissiparité. Nous avons joué avec la nature. Et nous payons aujourd’hui le prix de nos erreurs. Je vous le dis clairement : l’espèce humaine est menacée ! Les prévisions sont très pessimistes : tous les modèles statistiques prévoient une disparition complète de l’Humain d’ici 30 ans.

— Que propose la communauté scientifique pour ralentir, voire inverser, ce processus ?

— Les chercheurs, toutes spécialités confondues, veulent exprimer leur ras-le-bol face à l’inaction du Pouvoir. Vous l’avez compris : nous sommes en colère ! Ça fait des années que nous lançons des alertes que les dirigeants et les médias balayent d’un simple revers de la main. Cette colère doit devenir notre moteur pour une nouvelle révolution, un sursaut scientifique pour sauver l’espèce. La solution est simple : il nous faut revenir au système binaire. Et vite !

— Le système binaire ? Euh… Vous voulez dire la reproduction sexuée ? Comme à l’ère pré-numérique, quand les humains se… touchaient ?

— Oui. La reproduction sexuée qui, je vous le rappelle, peut s’effectuer par fécondation in vitro, en laboratoire. Même si nous, scientifiques, pensons qu’il faut revenir à l’accouplement fondamental, par contact et fusion de gamètes in vivo, un processus bien plus rapide et efficace.

— Hum ! C’est une possibilité que peu de nos auditeurs sont prêts à envisager, j’imagine. De toute façon, nous avons perdu le… comment dire…

 — Le mode d’emploi, vous voulez dire ? Nous y avons réfléchi, bien sûr. Il existe une solution.

— Laquelle ?

— Retrouvons les Autochtones ! Eux seuls possèdent encore la clé de ce savoir ancestral. Eux seuls peuvent nous aider à retrouver des relations authentiques, des contacts sains et un mode de reproduction naturel qui nous permettra de sauver Homo sapiens.

[Lecture] L’année du Lion

Comment vivre après une pandémie qui a décimé 95 % de l’humanité ?

L’année du lion, Deon Meyer, Seuil, 2017

Nico Storm, 13 ans, et son père font partie des rares survivants à la Fièvre. Ils sillonnent l’Afrique du Sud dans un camion pour collecter tout ce qu’ils peuvent y trouver : nourriture, carburant, armes, produits d’hygiène… Ils se méfient des (rares) autres hommes qu’ils croisent et des animaux, souvent dangereux.

Leur errance prend fin quand ils décident de fonder une communauté, Amanzi. Ils s’installent dans un lieu stratégique, près d’un barrage. Comment cette nouvelle société va-t-elle s’organiser ?

Réussiront-ils à produire de l’électricité ? Du gasoil ? Quels sont les habitants qui vont venir les rejoindre ? Qui va assurer la sécurité et le respect des règles démocratiques dans la communauté ? Comment des tempéraments forts et des intérêts opposés vont-ils pouvoir cohabiter ?

Nombreuses sont les questions posées par ce roman initiatique post-apocalyptique dont l’action se déroule sur 5 ans. Nico, adolescent puis jeune adulte, va être un observateur privilégié de l’évolution d’Amanzi. Il va apprendre à se battre pour défendre son père et son peuple. Excellent tireur, il intègre à 16 ans les commandos d’attaque d’Amanzi, dirigés d’une main de fer par Domingo, personnage sombre et querelleur. Nico se retrouve ainsi en première ligne face aux menaces extérieures. Car Amanzi, son organisation et ses ressources sont objets de convoitise pour les factions rebelles qui gravitent aux alentours.

Lire la suite

[Dessin] La chute de l’humanité

Voici mon dernier dessin, aux nuances écolo…

La chute de l’humanité – 8 mai 2020
Stylo noir, crayons de couleurs

Depuis quelques jours, j’ajoute des mots dans mes crayonnages et j’essaie de leur donner une intention, un thème (souvent lié à la nature). Ici, je suis partie d’une goutte d’eau, la fonte de la banquise, le réchauffement… Pour en arriver à la chute de L’Homme.

Je suis certainement influencée par ma lecture en cours : L’année du lion de Deon Meyer. C’est l’histoire d’un homme qui survit à une pandémie avec son fils et qui reconstruit une communauté dans une Afrique du Sud dévastée par la Fièvre (95 % de la population a été décimée).

Entre survie et civilisation, défense et pouvoir, liberté individuelle et décisions collectives, ce roman est tout simplement passionnant.

Pour en revenir à mon dessin, je pensais y avoir inséré tous les éléments mais il manque le feu. Je garde donc en tête l’idée d’une composition sur les 4 éléments.

La photo m’occupe beaucoup ces jours-ci. Je fais de longues séances dans le jardin, pour trouver le meilleur angle de prise de vue, la bonne lumière. Je publie certaines photos sur mon compte Instagram : luninature

[Lecture] La fin d’un monde ?

3 romans pour vivre la fin du monde

Au début du confinement, je n’ai pu m’empêcher de penser au livre Le Feu de Dieu de Pierre Bordage. En cherchant la critique que j’avais écrite à l’époque de ma lecture, j’ai retrouvé trace de deux autres livres : l’Aveuglement de José Saramago et Malevil de Robert Merle.

Ces trois romans amènent le lecteur à vivre en direct les réactions des humains face à un cataclysme. Ils nous poussent à réfléchir sur notre société. Ils interrogent la capacité de l’homme à s’organiser en groupes quand les conditions de vie deviennent hostiles. Conflits, guerre ou entraide, solidarité. Quelle est la meilleure voie pour survivre ?

Lire la suite