[Lecture] Une longue impatience

Voici un roman magnifique que je vous recommande, un roman sur l’attente et l’amour maternel.

Une longue impatience • Gaëlle Josse
Editions Noir sur Blanc • 2017 • 192 pages

Nous sommes à la fin des années 40 quand Louis, 16 ans, disparait. Il quitte un jour le domicile familial pour s’engager comme marin et parcourir le monde. Commence pour Anne, sa mère, le temps de l’espérance et la blessure d’une longue impatience.

Anne attend le retour de son fils et lui écrit des lettres pudiques où elle imagine les réjouissances qui accompagneront leurs retrouvailles. Elle y évoque les plaisirs simples de la vie, le partage d’un repas convivial, les regards d’une mère sur son fils, dont elle est si fière.

Le récit nous dévoile leur histoire, à mots feutrés. La vie en Bretagne pendant la guerre, la place de chacun dans le village, l’absence du père, disparu en mer, le deuxième époux, qui attendait son heure…⁣

C’est un roman ciselé comme un bijou, dans une langue précieuse et belle. Un destin de femme qui m’a émue aux larmes.⁣

Merci, Gaëlle Josse pour ces pages douces et poignantes.⁣

[Lecture] Les oubliés du dimanche

Justine, 21 ans, aide-soignante dans une maison de retraite, aime les personnes âgées. Elle se lie d’amitié avec Hélène, une vieille dame qui a toujours rêvé d’apprendre à lire.

Les oubliés du dimanche – Valérie Perrin
Editions Albin Michel – 2015

Ces deux femmes se parlent, se révèlent l’une à l’autre ce qui va permettre à Justine d’aller à la rencontre de sa propre histoire. Un jour, un mystérieux « corbeau » sème le trouble aux Hortensias

C’est un premier roman léger et doux, malgré les tragédies familiales qu’il renferme. Hélène raconte son histoire à Justine, qui la copie dans un cahier bleu. En parallèle, on découvre la vie de la jeune femme dont les parents sont morts dans un accident quand elle avait 4 ans. Peu à peu, les deux destins se mêlent et le voile se lève sur de terribles secrets de famille.

J’ai beaucoup aimé le rythme de ce récit, les histoires qui progressent en parallèle. Les romans dans lesquels plusieurs histoires s’entrecroisent sont parfois difficiles à lire (je pense à Miroir de nos peines en écrivant cette phrase) mais ce n’est pas le cas ici.

Lire la suite

[Dessin] Scintillantes

Un soleil, une fleur, une étoile… en noir et blanc, comme ce symbole du Yin et du Yang.

Scintillantes – 27 mai 2020
Stylo noir

Pourquoi scintillantes, au féminin ? Pour rendre hommage aux femmes qui pétillent, qui éclairent le monde, même dans la nuit la plus noire.

Il y a dans ce dessin une sorte de spirale pour évoquer l’ADN. Les femmes portent la vie. Cela me fait penser à cette ligne de paroles de la chanson Elles :

Pour enfanter plutot qu’anéantir

Et tout reconstruire

Vous aimez cette chanson ? Je la trouve très juste et émouvante.