Le jour du désencombrement

Et si les objets circulaient de nouveau ?

Ah ! les bibelots… Pourquoi les conserve-t-on ?

Aujourd’hui fut le jour du désencombrement.

Petit bilan chiffré :

  • 8 rendez-vous à proximité de mon domicile (et un 9ème demain pour un dernier don)
  • une trentaine d’objets donnés via donnons.org dont cette splendide tour Eiffel de 14 cm
  • 5 ventes : une trottinette, deux calculatrices scientifiques, un four à micro-ondes, une cafetière à dosettes (la marketplace de Facebook a encore prouvé son efficacité…)
  • 125 € récoltés, même si ce n’est pas ça qui me motive
  • un colis de 21 livres envoyé à Momox (si tout est accepté, je récupérerai 16 €)
  • 6 autres livres déposés dans la boite à livres du village

Désencombrer est un travail ingrat. J’ai passé la journée d’hier à trier, ranger, nettoyer les objets puis rédiger les annonces et gérer les contacts sur les sites (donnons.org et facebook marketplace). Ça n’a rien d’épanouissant.

Et pourtant, ce soir, je me sens fière de ce travail accompli. Heureuse que tous ces objets aient trouvé de nouveaux propriétaires. Contente de savoir qu’ils vont servir à nouveau, circuler, aller de main en main, être utiles à d’autres personnes… plutôt que de rester stockés chez moi dans un placard.

Désencombrer, c’est apporter de la vie, favoriser l’usage d’objets d’occasion, limiter les achats de neuf quand c’est possible, privilégier le partage. Des valeurs qui me parlent et que je porte depuis plus de douze ans.

Désencombrer, c’est une sorte de maladie, un truc qu’on chope un jour et qui reste présent en nous, parfois en sommeil, parfois actif, comme un virus qui se réveillerait de façon épisodique pour nous faire faire « une crise de rangement » comme disent mes enfants.

Oui, j’aime trier, ranger, donner, vendre… J’aime que les objets vivent. J’aime les charger dans la voiture et revenir à vide. Et puis j’aime l’espace que crée leur absence dans la maison. C’est très feng shui de voir les pièces se libérer de tout ce bazar accumulé. Maintenant, l’énergie circule mieux.

Et vous, êtes-vous adeptes du désencombrement ? Vivez-vous dans un espace minimaliste ou aimez-vous au contraire que les objets vous entourent, vous rassurent, vous remémorent des souvenirs ?

[Ce sujet me parle tellement qu’il est au cœur de mon premier roman, publié il y a 2 ans, La douce amertume du café.]

[Chronique] La vie en vert #1

Depuis 2008, je m’intéresse à l’écologie au quotidien. J’avais mis de côté cet aspect depuis plusieurs mois. Une lecture essentielle m’a remis le pied à l’étrier. Voici mes petites initiatives vertes et/ou minimalistes du mois de juillet.

21 éco-défis pour prendre soin de soi et de la planète • Natasha Tourabi • Éditions Ulmer • 2020 • 320 pages

Connaissez-vous Échos verts ? C’est un blog que je suis depuis longtemps, de façon ponctuelle. J’aime les articles de Natasha et son approche concrète de l’écologie, par des actions simples et quotidiennes. Elle nous propose de modifier peu à peu nos habitudes, par de petits pas verts et des éco-défis.

Ces défis ont été regroupés dans un guide riche et complet, sorti en mars dernier. Développement personnel, cuisine, soins, garde-robe, maison, voyages… chacun trouvera dans ce guide des pistes pour avancer à son rythme vers un mode de vie plus respectueux de soi, de sa santé, de l’éthique et de l’environnement.⁣

Lire la suite