Rayons de lune #21-06

Que s’est-il passé en juin ? Mois sans chocolat, suivi du sommeil, réflexion pro et cardinal de Richelieu.

Photo Unsplash (recadrée) : Elena Elena

Mois sans (carrés de) chocolat

Je suis une addict du chocolat, surtout le chocolat noir en tablette. Depuis deux ans, j’en mangeais au moins un carré chaque soir, parfois deux, trois… ou plus si j’étais déprimée. Il m’arrivait aussi d’en prendre après le repas du midi. Je ne pouvais pas m’en passer. Une sorte de dépendance s’était installée.

En mai, j’ai commencé à m’interroger sur mon sommeil (j’y reviendrai tout à l’heure) et notamment sur mes réveils nocturnes, souvent liés à une envie d’uriner. Pourquoi me réveillais-je ainsi en pleine nuit ? J’avais déjà supprimé la tisane du soir, pour éviter d’avoir la vessie pleine à 3 heures du matin. Et pourtant, je me levais toujours pour la même raison. Je me suis donc demandé s’il n’y avait pas un aliment diurétique dans mon alimentation, qui pourrait stimuler l’élimination.

Quelques articles sur le chocolat comme celui-ci m’ont confirmé que la théobromine qu’il contient a bien une action sur les reins. Le chocolat est diurétique.

Afin de voir si l’arrêt du chocolat pouvait améliorer mon sommeil, j’ai donc décidé de me lancer un défi : ne pas manger de carré de chocolat au mois de juin. Je précise bien « carrés de chocolat » car j’ai quand même consommé du chocolat dans certaines gourmandises sucrées : mousse au chocolat, brownie… (si je veux bien faire des efforts pour ma santé, vivre sans chocolat est tout simplement impossible pour moi !)

Lire la suite

Tu veux faire quoi plus tard ?

Comment choisir son orientation quand on est lycéen ou étudiant ? Notre métier définit-il notre identité ? Réflexions personnelles (et familiales).

Photo Unsplash : Krysztof Kowalik

Marie Kleber, du blog L’atmosphérique, s’interrogeait récemment dans cet article sur l’identité. A la question : qu’est-ce que tu fais dans la vie ? il est courant de répondre par un nom de métier ou une fonction.

Sommes-nous soignants, enseignants, commerçants, artisans, paysans, dirigeants d’entreprise… Travaillons-nous dans le secteur bancaire, industriel, informatique, d’aide à la personne… Nous pouvons également rester au foyer pour nous occuper de nos enfants ou d’un proche. A moins que nous ne soyons à la retraite ? Force est de constater que nous nous définissons avant tout par notre place dans le monde du travail, en tant qu’engrenage d’une grande machine économique et sociale.

Lire la suite