[Chronique] La vie en vert #1

Depuis 2008, je m’intéresse à l’écologie au quotidien. J’avais mis de côté cet aspect depuis plusieurs mois. Une lecture essentielle m’a remis le pied à l’étrier. Voici mes petites initiatives vertes et/ou minimalistes du mois de juillet.

21 éco-défis pour prendre soin de soi et de la planète • Natasha Tourabi • Éditions Ulmer • 2020 • 320 pages

Connaissez-vous Échos verts ? C’est un blog que je suis depuis longtemps, de façon ponctuelle. J’aime les articles de Natasha et son approche concrète de l’écologie, par des actions simples et quotidiennes. Elle nous propose de modifier peu à peu nos habitudes, par de petits pas verts et des éco-défis.

Ces défis ont été regroupés dans un guide riche et complet, sorti en mars dernier. Développement personnel, cuisine, soins, garde-robe, maison, voyages… chacun trouvera dans ce guide des pistes pour avancer à son rythme vers un mode de vie plus respectueux de soi, de sa santé, de l’éthique et de l’environnement.⁣

Lire la suite

[Lecture] Je te promets la liberté

Que diriez-vous de changer de personnalité ? Toutes vos peurs disparaissent et vous devenez quelqu’un d’autre… tout en restant vous-même. C’est l’étrange histoire que vit Sybille dans ce roman. Grâce à un mystérieux grand maître, elle change plusieurs fois de personnalité, ce qui va déstabiliser son entourage.

.

Je te promets la liberté • Laurent Gounelle
Editions Calmann-Lévy • 2020 • 384 pages

C’est en écoutant ce podcast que j’ai découvert Laurent Gounelle : Métamorphoses #1 Se libérer des masques de notre personnalité. Un titre qui ne pouvait que m’inspirer ! Laurent Gounelle y explique son parcours de développement personnel et nous présente son dernier livre, publié en janvier 2020 : Je te promets la liberté

Le fil rouge de ce roman est l’exploration des neufs types de personnalité de l’ennéagramme, un modèle de cartographie de la personnalité humaine. À travers l’histoire de nombreux personnages, travaillant tous dans le même bateau, nous allons voir que les réactions de chacun face à un obstacle ou une contrariété sont différentes et s’expliquent par des peurs et des blocages liés à la personnalité.

Lire la suite

[Chronique] Au jardin des plantes

Ce matin, j’avais une petite heure devant moi, en attendant ma fille qui était en rendez-vous médical. Mes pas m’ont menée jusqu’au jardin des plantes.

J’ai marché lentement dans les allées ombragées, savourant la fraîcheur apportées par les arbres.

Le vent jouait dans les mobiles en bambou suspendus aux branches basses.

L’eau d’une petite cascade est venue caresser mon oreille. J’ai pensé à mon dessin sur les 4 éléments.

Plus loin, les massifs bordant les talus enherbés m’ont rappelé un texte écrit l’an dernier : Hêtre ou ne pas être. Je me demande ce qu’Héloïse est devenue. A-t-elle fait son deuil ? Il y a des personnages qu’on a envie de retrouver.

Cette courte promenade au jardin des plantes fut une belle parenthèse de calme, de solitude positive et de poésie. Un instant de vie slow, hors du temps, comme j’aimerais en vivre davantage. Je vais ralentir, cet été.

Et vous, avez-vous envie de prendre le temps de savourer des petits bonheurs simples ?

[Chronique] Journal : ma vie après Essure

Le 25 juin 2020, j’ai été opérée pour retirer les implants #Essure que je portais depuis 2013. J’ai raconté ici mon parcours avant l’opération et là mon séjour à l’hôpital et le début de ma convalescence.

Maintenant, je veux noter l’évolution de ma santé et de mon état d’esprit après Essure. Vais-je retrouver un rythme de vie ordinaire ? Vais-je voir s’atténuer ou disparaître les multiples symptômes observés depuis sept ans ?

NB. Cet article sera complété au fil du temps, jusqu’au 25 juin 2021.

Petite feuille dressée comme un étendard, découverte dans la pelouse pendant une de mes courtes promenades à pas de tortue dans le jardin, quelques jours après l’opération (se baisser jusqu’à terre pour la prendre en photo n’a pas été facile !)

Jour 7 : une semaine après l’opération

Les douleurs « descendent » au fil des jours. Si mon système digestif semble maintenant libéré de toute contracture interne, je souffre aujourd’hui au niveau de l’utérus, comme des douleurs de règles. C’est désagréable et, comme je suis fatiguée par les nuits hachées, ces douleurs me rendent irritable.

Dormir sur le dos est pénible. Je commence à pouvoir me mettre doucement sur le côté, en chien de fusil, même si je n’y reste que quelques minutes à cause des tiraillements dans les cicatrices de cœlioscopie et des douleurs internes.

Je ne pensais pas que la convalescence serait si lente. J’ai essayé de diminuer les antalgiques mais c’est impossible pour le moment. Je prends 1 gramme de paracétamol toutes les 6 heures (auquel j’ai ajouté spasfon et ibuprofene aujourd’hui).

Évolution des symptômes : j’ai le goût et l’odorat plus aiguisés et, surtout, j’ai FAIM !!! C’est un réel plaisir d’avoir des fringales, de sentir mon estomac vide qui crie famine, d’avoir des gargouillis… et de manger avec appétit ! C’est comme si mon corps se remettait à fonctionner après des mois d’inertie, où je mangeais à heures fixes sans appétit.


Jour 14 : deux semaines

Cette deuxième semaine a été difficile. Si j’ai retrouvé ma mobilité, je n’ai toujours pas supprimé les antalgiques. Je prends 3 grammes de paracétamol chaque jour car l’utérus est douloureux, surtout du côté droit, là où la corne utérine a été enlevée.

Lire la suite