Hypnose et confiance en soi : un duo gagnant

gros plan sur les yeux marrons d'une femme

Loin de l’image sulfureuse des spectacles de music-hall, l’hypnose est devenue une vraie pratique de soins. Utilisée à l’hôpital avant des interventions chirurgicales ou en ville dans les cabinets de psychothérapie, cette technique d’activation de conscience présente de multiples bénéfices. À domicile, chacun peut pratiquer l’hypnose pour la confiance en soi. C’est un outil de développement personnel simple, gratuit et efficace. Il vous suffit d’apprendre à entrer en transe hypnotique… et à en sortir. Comment l’hypnose fonctionne-t-elle ? Quelles sont ses applications thérapeutiques contre les pathologies chroniques, le stress et les douleurs ? Comment utiliser l’autohypnose à la maison ? Tour d’horizon sur une méthode en plein essor. 

Utiliser l’hypnose pour la confiance en soi

Inventée au dix-huitième siècle à partir du « magnétisme animal » de Mesmer, l’hypnose a évolué pour devenir aujourd’hui une méthode thérapeutique reconnue. 

La transe hypnotique : un phénomène naturel 

« Regardez-moi dans les yeux. Je vais compter jusqu’à 10 et vous allez vous endormir profondément. » Sur la scène, envoûté par la voix de l’hypnotiseur, le spectateur plonge dans un état de transe et réalise toutes les actions qui lui sont commandées. Vous connaissez ce type de spectacle ? Longtemps associée à ces images sensationnelles, l’hypnose peut faire peur. S’agit-il de manipulation mentale ? Le mot vient du nom du dieu grec de la nuit, Hypnos, car le patient est guidé vers un état qui ressemble au sommeil. En réalité, la transe hypnotique reproduit un phénomène naturel que nous vivons tous dans notre vie quotidienne. Il vous est certainement arrivé d’être tellement concentré sur une tâche que vous oubliez d’aller manger. Ce mécanisme de transe naturelle est fort utile pour vous protéger contre la souffrance. Si votre conscience croit que votre vie est en danger, elle procède à une sorte de déconnexion partielle de vos perceptions corporelles. C’est le cas, par exemple, avant une intervention chirurgicale. 

Les trois phases d’une séance réussie

Une séance d’hypnose comporte trois phases distinctes : 

  • la phase d’induction ;
  • la transe ;
  • la phase de terminaison.

Différentes techniques peuvent amener le patient à entrer en transe : fixer le regard du praticien, se concentrer sur une histoire bizarre (tactique de confusion) ou un contact physique (technique non verbale). La transe est approfondie ensuite par des suggestions et des métaphores de plus en plus nombreuses. 

L’hypnose peut renforcer le sentiment d’efficacité personnelle. Pour cela, la phase d’induction pendant laquelle vous entrez en transe est axée sur un événement positif. Le thérapeute vous demande de vous remémorer un moment de votre vie où vous avez suivi un apprentissage réussi. Ce souvenir génère des émotions positives. Vous développez un sentiment de maîtrise et de succès. 

La pratique hypnotique agit également sur vos perceptions corporelles en renforçant la proprioception. Au fil des séances, vous devenez plus conscient de votre corps, de ses mouvements et des pressions de ses différentes parties. 

Pendant la transe, le praticien fait vivre au sujet une histoire qui l’aide à prendre du recul sur une situation. Chaque séance a un objectif précis et renforce la confiance, la sérénité et la maîtrise de soi. Le protocole a été soumis à un parcours scientifique de validation. Utilisée sur des soignants, l’hypnothérapie permet de prévenir le burn out et d’améliorer leur communication avec les patients. 

Comprendre l’hypnose : les TAC à l’hôpital 

A côté de l’hypnose traditionnelle qui se pratique encore aujourd’hui est une nouvelle forme de thérapie par activation de la conscience.

L’hypnose est désormais un outil pour les anesthésistes au bloc opératoire.

Un protocole simplifié basé sur les neurosciences

Au dix-neuvième siècle, l’hypnose éricksonienne faisait appel à un “inconscient bienveillant”, censé apporter des solutions aux problèmes des patients. Les séances duraient de quarante-cinq à soixante minutes car le protocole employé par les hypnotiseurs comportait quarante points. Pour améliorer l’efficacité, la rapidité et la mise en œuvre de la thérapie hypnotique, des médecins hypnothérapeutes et des chercheurs en neurosciences ont aménagé ce protocole. C’est l’avènement d’une hypnose moderne, une sorte de “neuro-hypnose”, baptisée TAC : Techniques d’Activation de la Conscience. Son usage se démocratise. Elle est aujourd’hui employée dans les hôpitaux par des professionnels de santé de diverses branches : anesthésistes, psychiatres, infirmiers, sage-femmes… 

Des applications concrètes pour soigner

Si les mécanismes mis en œuvre dans le cerveau sont encore mal connus des scientifiques, le processus de transe hypnotique a de nombreuses applications possibles : 

  • douleurs aiguës ou chroniques ; 
  • troubles anxieux (attaques de panique, phobies…) ;  
  • dépression ; 
  • addictions ; 
  • souffrance respiratoire.

Dix à vingt séances de trente minutes suffisent pour ressentir un vrai soulagement et un sentiment de maîtrise de soi. Les Techniques d’Activation de Conscience ont été testées sur des patients psychotiques avec des résultats prometteurs : les symptômes se sont améliorés pour 80 % d’entre eux, sans effet secondaire.

L’hypnose : une alliée au bloc opératoire

Lorsque vous devez être opéré par anesthésie générale, vous ressentez stress et anxiété. Que se passerait-il si l’intervention avait lieu pendant que vous êtes en transe hypnotique ? Les chercheurs ont étudié les effets de l’hypnose sur le corps au bloc opératoire. En pratiquant les Techniques d’Activation de Conscience, des chirurgiens ont pu remplacer l’anesthésie générale par une anesthésie locale. Les résultats sont impressionnants : 

  • un patient moins stressé ; 
  • de meilleurs paramètres physiologiques pendant l’opération ; 
  • une intervention moins longue ; 
  • moins de médicaments ; 
  • un rétablissement plus rapide (puisqu’on évite les effets secondaires de l’anesthésie générale). 

Ce nouveau protocole place le patient au centre du traitement. Il est actif et peut participer aux soins, pendant la transe. Ainsi, la chanteuse Alama Kanté a chanté pendant son opération de la glande thyroïde afin de permettre à la chirurgienne de ne pas endommager ses cordes vocales. 

Pratiquer l’autohypnose : une alternative simple à la méditation

Vous vous demandez certainement comment utiliser ces avancées médicales pour votre propre bien-être ? Pour cela, vous allez apprendre à pratiquer l’autohypnose, c’est-à-dire une hypnose sans intervention extérieure. L’autohypnose est préconisée comme outil pour réorienter son attention. Elle vous aide :

  • à lutter contre la douleur ;
  • à relâcher les tensions corporelles ; 
  • à améliorer votre moral ;
  • à diminuer les troubles anxieux (stress post-traumatique, phobies…) ;
  • à prendre confiance en vous. 

Pour l’utiliser, vous allez apprendre à réorienter votre attention pour la focaliser ailleurs que sur vos pensées négatives. Vos esprit va se détacher des ruminations anxieuses pour se concentrer sur vos sensations corporelles ou se plonger mentalement dans une histoire à l’aide d’images mentales. L’activité cérébrale se calme et le mieux-être est immédiat. 

Exercice d’autohypnose – Source : Cerveau & Psycho

L’autohypnose s’apprend auprès d’un thérapeute. Il est conseillé de choisir un soignant déjà compétent dans le domaine concerné : un psy contre l’anxiété ou la dépression, un médecin spécialiste ou un infirmier pour les problèmes de douleur… L’hypnose s’inscrit alors dans une médecine intégrative basée sur une thérapie holistique : tout le corps est pris en considération dans les soins. 

Si vous souhaitez apprendre seul, vous pouvez trouver en librairie des ouvrages sur l’autohypnose. Sur Youtube, de nombreuses vidéos d’hypnothérapeutes répondent à toutes les demandes : hypnose pour maigrir, arrêter de fumer, retrouver le sommeil… Avec un peu de pratique, vous réussirez à entrer en transe de manière rapide et efficace. Au quotidien, vous ressentirez les effets bénéfiques de l’hypnose. 

Mon témoignage
Depuis deux ans, l’hypnose m’aide à gérer mon stress et à relâcher les tensions traumatiques. J’éprouve moins de difficultés à me détendre en écoutant une séance (allongée sur mon lit, avec un casque) qu’à pratiquer la méditation de pleine conscience ou mindfulness. J’aime cette sensation de planer entre deux mondes que procure la transe hypnotique. C’est une méthode qui m’apporte calme et plaisir, en parallèle des séances de TCC (thérapie brève). J’ai testé plusieurs chaînes Youtube. Je recommande celles de Frédéric Barbier et Benjamin Lubszynski. Selon sa personnalité, chacun doit trouver la voix et les vidéos qui l’apaisent le plus. 

Hors du milieu médical, le protocole épuré des TAC ouvre de nouvelles perspectives. Certains coachs sportifs ont recours à l’hypnose pour préparer leurs athlètes aux compétitions. En classe, de courtes séances proposées par les professeurs à leurs élèves pourraient améliorer leurs capacités de concentration et d’apprentissage.

Quels outils utilisez-vous pour travailler la confiance en soi ?
Avez-vous déjà essayé l’hypnose ? 

Sources : 

Dossier L’hypnose fait ses preuves / Magazine Cerveau & Psycho n°129 / Février 2021

Site de l’Institut français d’hypnose qui propose des formations à l’hypnose thérapeutique pour le personnel soignant

Site du Citac sur les Techniques d’Activation de la Conscience

Logo 2022 : une lune orange et le titre Lune démasquée

Rayons de Lune
Restons en phase !

Recevez l’actualité
du blog chaque mois

Diffusez cet article dans votre univers :

Une réponse à “Hypnose et confiance en soi : un duo gagnant”

  1. […] Et pour vous détendre, pourquoi ne pas essayer l’hypnose ?→ Hypnose et confiance en soi : le duo gagnant […]

Laisser un commentaire