L’hypersensibilité : une force ?

L’hypersensibilité est le sujet du moment, semble-t-il. Une émission diffusée jeudi 18 février et un livre publié en janvier l’ont mise sur le devant de la scène.

L’émission « Ça commence aujourd’hui » du 18 février avait pour thème l’hypersensibilité. Vous pouvez en trouver des extraits sur youtube ou regarder l’émission en intégralité sur francetv (disponible jusqu’au 20 mars).

Trois invités nous racontent leur parcours jusqu’à la découverte de leur hypersensibilité. Jeanne Siaud-Fachin, psychologue, apporte son éclairage professionnel sur la question.

Je me suis vraiment retrouvée dans le témoignage de Maurice Barthélémy qui évoque : des sens très aiguisés (hyperesthésie), une forte intuition, une pensée en arborescence, un bon esprit d’analyse et une hyper-empathie. Il ajoute une difficulté à faire des choix, par besoin de peser le pour et le contre de chaque option possible.

Lire la suite

Mon hypersensibilité… loin des clichés

Imaginez une personne hypersensible. Qui voyez-vous ? Une femme, de préférence, avec des émotions « à fleur de peau » : elle pleure facilement, s’énerve pour un rien, rigole comme une gamine et a une peur panique des souris ou des araignées. Évidemment, avec de tels clichés, j’ai longtemps pensé ne pas être concernée. Et pourtant…

Photo Unsplash : Franco Antonio Giovanello

Il m’a fallu deux ans pour comprendre que j’étais hypersensible. Deux ans de lectures, de doutes, d’analyse… Pourquoi un délai aussi long ? Car je n’avais pas les bonnes cartes en main.

Quand on pense à l’hypersensibilité, on se focalise avant tout sur le versant émotionnel : tristesse, colère, joie, peur… tout est excessif, débordant, envahissant… Les personnes hypersensibles auraient du mal à canaliser leurs émotions et seraient donc aisément « repérables ». C’est certainement vrai pour la plupart d’entre elles. Mais pas toujours.

Ainsi, pour moi, il n’en est rien. Tout est lisse et calme chez moi. Je ne pleure pas, cache ma colère, n’explose pas de joie même en apprenant une excellente nouvelle. Car je souffre de dysrégulation émotionnelle. Pourquoi ?

Lire la suite

Rayons de lune #21-01

Que s’est-il passé en janvier ? Agenda 2021, blog et journal intime. Réflexions sur l’écriture. Lectures.

Perspective ● 27 janvier

Début d’année rime avec s’organiser. En ce mois de janvier, je me suis interrogée sur ce blog, mon agenda et mon journal intime. Comment coordonner les trois pour garder trace et mieux m’organiser ?

Mon agenda : my 2021

Pour la deuxième année, j’ai acheté un agenda écologique My 365. S’il me permet de noter à l’avance mes rendez-vous quotidiens, j’utilise avant tout My 2021 comme un support de bilan pour garder trace de ce que j’ai fait dans la journée.

J’aime beaucoup ses trackers mensuels, personnalisables, qui m’aident à suivre au jour le jour mon activité physique et ma santé. Et il y a également le petit rond quotidien, que je colorie en vert, jaune ou orange chaque soir.

Fin décembre, j’ai rempli les pages Mon bilan en répondant aux 5 questions sur l’année 2020 : Qu’est-ce qui a bien fonctionné ? Qu’est-ce que j’en tire comme apprentissage ? Quels sont les ingrédients essentiels qui contribuent à mon épanouissement ? Qu’est-ce qui a besoin d’être amélioré ? Quelles sont les actions concrètes que je choisis de mettre en place ?

Mix entre agenda et bullet journal, My 2021 propose des pages pour définir des objectifs pour l’année, un projet de vie dans 5 ans (ça, j’en suis incapable à l’heure actuelle), des défis mensuels…

Lire la suite

Les quatre saisons d’un burn out

10 janvier 2020, une date que je n’oublierai jamais. Le verdict médical est tombé : « Double épuisement physique et moral ». J’étais au fond du gouffre et la lumière n’était qu’un tout petit point, en haut, très très loin. Retour sur douze mois d’ascension.

Hortensia givré, ce matin

Janvier 2020 : l’effondrement

C’était un jeudi. Le 9 janvier 2020. Cela aurait dû être une journée de travail comme les autres. Je revenais de deux semaines de congés. La terrible page 2019 étant tournée, je me disais que le pire était derrière moi. Persuadée que j’allais trouver la force d’avancer encore, j’avais pris de bonnes résolutions. C’était sans compter sur mon corps, qui lui, ne s’était pas encore fait entendre.

Pourtant, il y en avait eu, des signes avant-coureurs. Ces nuits hachées, ces matins où je me levais malgré tout, parce qu’il ne fallait pas lâcher. Ces heures de route pendant lesquelles je sentais la fatigue m’envahir, au risque de somnoler au volant. Ces douleurs musculaires et articulaires. Et puis surtout ces migraines, régulières, auxquelles j’avais fini par m’habituer. Au premier flash lumineux, je prenais du paracétamol et j’attendais. Après vingt à trente minutes de clignotement dans un œil, ma vision redevenait claire et le mal de tête arrivait. Un seul hémisphère, gauche ou droit. Je notais, pour voir si l’un dominait. D-D-G-D-G-G-D… Je notais, sans m’inquiéter de la fréquence de ces épisodes migraineux, jusqu’à 3 ou 4 par semaine. Je vivais avec, sans comprendre que mon corps me lançait ainsi un cri d’alarme.

Ce jeudi 9 janvier, la migraine est arrivée dès 8 heures, alors que j’attendais mon tour à la photocopieuse. Je me suis dit que la journée commençait mal. Et elle a été très longue, cette journée. Le deuxième épisode s’est produit vers 15 heures. J’étais en classe. Je me suis assise et, une fois de plus, j’ai fait comme si. Comme si tout allait bien. Comme si j’entendais clairement malgré les acouphènes dans mes oreilles. Comme si je pouvais supporter les voix, les bruits, l’agitation des élèves. Comme si la nausée n’existait pas. Comme si j’étais là alors que je n’y étais pas. J’étais en pilote automatique. Depuis longtemps, bien longtemps.

Lire la suite

Êtes-vous hypersensible ?

Vous sentez-vous en décalage avec les autres ? Vous reproche-t-on parfois votre caractère, vos excès de colère, vos larmes devant un film… ? Et si vous étiez hypersensible ?

Photo unsplash (recadrée) : Isaac Quesada

C’est en lisant son livre Hypersensibles, trop sensibles pour être heureux ? que j’ai découvert les travaux de Saverio Tomasella. C’était il y a quelques mois. À l’époque, je me suis dit : oui, pourquoi pas, après tout, je suis peut-être hypersensible… Et j’en suis restée là.

Au fil des jours, l’idée a fait son chemin dans ma tête. Je me suis mise à l’écoute de mon corps, de mon ressenti. J’ai alors constaté que je refoulais certaines émotions comme la joie, la tristesse… ou que je me laissais, à l’inverse, déborder par la contrariété ou emporter par la colère.

Alors, j’ai éprouvé le besoin d’en savoir plus, en écoutant ce podcast. Là, j’ai compris beaucoup de choses. Sur moi, bien sûr, mais avant tout sur notre société occidentale.

Lire la suite

Noël en solitaire

Pour la première fois de ma vie, j’ai passé le réveillon seule. Par choix.

Le prétexte fut simple à trouver : par peur d’attraper ce maudit virus, j’ai décidé de ne pas participer au réveillon en famille. Je suis restée seule à la maison. Avec une petite pensée pour les skippers du Vendée globe, isolés sur l’océan, au milieu du parcours.

Lire la suite

Novembre : (recon)naissance

Après plusieurs semaines sans écrire, il est temps de reprendre ce journal créatif.

Si le mois d’octobre fut éprouvant, aux niveaux professionnel et émotionnel, le confinement m’a apporté un étrange calme et une belle révélation.

Lundi 2 novembre, j’ai repris le chemin de l’école avec une certaine appréhension. Élèves masqués, protocole sanitaire renforcé… Un peu d’incertitude au début. Et puis finalement, il me semble que la situation s’est « allégée ». Tout est devenu plus lointain, plus facile. Curieux paradoxe.

Le confinement, en limitant les contacts sociaux et la possibilité d’intrusion d’autrui dans ma vie, m’a libérée d’un poids. Je me suis aperçue que j’appréciais cette bulle d’isolement social, qu’elle était la bienvenue pour me permettre d’avancer sur mon chemin personnel.

Lire la suite

Le jour du désencombrement

Et si les objets circulaient de nouveau ?

Aujourd’hui fut le jour du désencombrement.

Petit bilan chiffré :

  • 8 rendez-vous à proximité de mon domicile (et un 9ème demain pour un dernier don)
  • une trentaine d’objets donnés via donnons.org dont cette splendide tour Eiffel de 14 cm
  • 5 ventes : une trottinette, deux calculatrices scientifiques, un four à micro-ondes, une cafetière à dosettes (la marketplace de Facebook a encore prouvé son efficacité…)
  • 125 € récoltés, même si ce n’est pas ça qui me motive
  • un colis de 21 livres envoyé à Momox (si tout est accepté, je récupérerai 16 €)
  • 6 autres livres déposés dans la boite à livres du village

Désencombrer est un travail ingrat. J’ai passé la journée d’hier à trier, ranger, nettoyer les objets puis rédiger les annonces et gérer les contacts sur les sites (donnons.org et facebook marketplace). Ça n’a rien d’épanouissant.

Et pourtant, ce soir, je me sens fière de ce travail accompli.

Lire la suite

Après le burn out

Depuis mi-août, je n’ai rien publié sur ce blog. La cause de cette longue absence ? J’ai repris le travail à la rentrée. Trouver un rythme et m’adapter à un nouveau poste, après huit mois de repos à la maison. Un vrai défi !

Clés de mon nouveau lieu de travail et porte-clé acheté sur Etsy (boutique : Breizhcoco)

Comment reprendre le travail après un burn out ? Comment faire pour se remettre d’une telle épreuve ? C’est le sujet de cet article trouvé sur le net.

En toile de fond se drape la peur de rechuter. « Prendre une vraie pause à midi, pratiquer un sport, se faire accompagner afin de gérer son stress, tout cela aide à ne pas rechuter. Or souvent, pendant l’arrêt maladie, cela paraît évident. Mais au moment de la reprise, beaucoup abandonnent ce qu’ils avaient initié durant ces semaines loin du travail. C’est une erreur, il faut au contraire persister et installer ces nouvelles habitudes. » 

Lire la suite