[Dessin] Home sweet home

Une maison un peu étrange…

Home sweet home – 11 juin 2020
Stylo noir

C’est une maison-ruche, de briques et d’alvéoles… où un ours, attiré par le miel, s’est installé.

Elle se lézarde, usée par le temps, et se couvre de lierre grimpant. Une allusion discrète à La fissure, de Jean-Paul Didierlaurent ? J’ai adoré cette histoire de représentant en nains de jardin qui décide de changer de vie après avoir dialogué avec l’individu de petite taille planté près de sa terrasse. Je vous recommande cet auteur, qui sait aborder avec légèreté et humour les sujets les plus sérieux.

Dans cette maison, un oiseau original joue aux billes : est-ce la grue cendrée du roman En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut dont j’ai apprécié l’atmosphère déjantée ?

La cheminée fume, l’ambiance est conviviale. Bienvenue dans ce Home sweet home.


NB. Les liens sur les deux titres de livres renvoient vers mon blog précédent.

[Texte] Traqué

Pour le challenge écriture de la semaine, Marie Kléber nous a proposé d’écrire un acrostiche. Voici mon texte.

Photo Unsplash : Randy Fath

Traqué

Les chiens aboient, agressifs, et détalent entre arbres et fougères

Hommes en colère, fusils au côté, cris, battue

Naissent la rage, la vengeance, l’appel du sang

Et devant la proie encerclée, tapie au sol, l’exaltation atteint son paroxysme

Demeurent deux inconnues : le choix du bourreau et la peine encourue

Libres d’infliger les pires sévices, torture, fer rouge, mutilation

Et d’ôter la vie à cet esclave marron évadé dans la forêt

Égaux sont la haine et la terreur pour étouffer la vie


Le premier mot de chaque ligne provient de l’article 1 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, adoptée le 26 août 1789. L’esclavage, aboli une première fois dans les territoires français en 1794, fut rétabli par Napoléon en 1802.

Si la traite négrière fut supprimée en 1815, l’esclavage dans les colonies perdura encore de nombreuses années. Il faudra attendre le 27 avril 1848 pour qu’un nouveau décret d’abolition soit voté et signé par le gouvernement, suite au combat de Victor Schlœcher. 250 000 esclaves furent alors émancipés.

Afin de sensibiliser les élèves de CM2 sur ce thème sensible, je travaillais avec eux sur trois textes documentaires que j’avais rédigés. Pour comprendre l’essentiel sur cette page douloureuse de L’Histoire.

[Dessin] Végétal

Variation végétale : feuilles, fleurs, graines…

Tout a commencé par la silhouette de trois feuilles, emplies peu à peu de graphismes évoquant le monde végétal : pois, grains de pollen, fleurs, tiges, feuilles, étamines, pétales…

Sont venues se greffer autour une fleur, des feuilles mortes, des vrilles et des racines.

Et il y a dans ce dessin l’air, la terre, le soleil et l’eau, indispensables à la vie. Végétale et animale.

[Photo] Compositions

Il y a des photos qu’on prend sur le vif, dans la nature, sans préparation. Et d’autres qu’on compose à partir d’objets, d’aliments… en cherchant la bonne disposition, le bon angle de vue, le bon cadrage, la bonne lumière. Dans ce deuxième cas, il faut parfois une cinquantaine d’essais pour obtenir LA photo parfaite, celle que l’on veut garder et diffuser.

Voici sept de ces « compositions ». J’ai pris plaisir à les réaliser. Avec beaucoup de patience, de persévérance et une attention toute particulière aux détails. C’est un bon exercice de lâcher-prise.

La photo parfaite n’existe pas, bien sûr. J’aurais pu faire mieux… ou moins bien. En tous cas, chacune a été LA meilleure photo de la séance, ce jour-là.

Café – 8 avril 2020
Dernière flambée – 20 avril 2020
Bouquet de pissenlits (merci aux poissons pour le bisou improvisé) – 12 avril 2020
Balles du chien de l’ancien propriétaire (on en retrouve partout dans le jardin, elles doivent avoir 20 ans, d’où leur état presque « fossilisé ») – 5 mai 2020
Haltères… pour un confinement sportif (elles sont à mon fils de 14 ans) – 12 avril 2020
Coupe de cheveux – 2 mai 2020

Lundi, je suis enfin retournée chez la coiffeuse. Bien contente d’oublier mon « auto-coupe » du confinement qui ne ressemblait plus à grand chose.

Quality street trop sucrés – 20 mai 2020

Pour connaître la petite histoire de ces caramels (immangeables), rendez-vous sur mon compte Instagram : luninature

A bientôt pour d’autres photos !