[Texte] La vie d’après

Écriture intuitive ou journal ?

Le jardin bruisse, le ruisseau coule, les insectes stridulent. Je prenais les fleurs en photo quand l’appareil s’est retourné. Selfie involontaire. J’ai longtemps regardé ce cliché. Je m’habitue peu à peu à mon visage émacié par l’anémie, mes nouvelles lunettes… et ma superbe non-coupe de cheveux post-confinement. J’ai hâte de retourner chez la coiffeuse.

Retrouver la vie d’avant. Avant le confinement, avant le virus, avant la crise sanitaire. Aller voir la mer. Vivre comme si tout ça n’existait pas. Marcher sur le sable. Deuxième vague ? Relâchons nos efforts et nous laisserons aux petits grands méchants toute latitude pour venir nous contaminer. Contaminer tous ces invulnérables qui sortent à visage découvert. La petite bête tuera-t-elle la grosse ?

Lire la suite

[Lecture] Les oubliés du dimanche

Justine, 21 ans, aide-soignante dans une maison de retraite, aime les personnes âgées. Elle se lie d’amitié avec Hélène, une vieille dame qui a toujours rêvé d’apprendre à lire.

Les oubliés du dimanche – Valérie Perrin
Editions Albin Michel – 2015

Ces deux femmes se parlent, se révèlent l’une à l’autre ce qui va permettre à Justine d’aller à la rencontre de sa propre histoire. Un jour, un mystérieux « corbeau » sème le trouble aux Hortensias

C’est un premier roman léger et doux, malgré les tragédies familiales qu’il renferme. Hélène raconte son histoire à Justine, qui la copie dans un cahier bleu. En parallèle, on découvre la vie de la jeune femme dont les parents sont morts dans un accident quand elle avait 4 ans. Peu à peu, les deux destins se mêlent et le voile se lève sur de terribles secrets de famille.

J’ai beaucoup aimé le rythme de ce récit, les histoires qui progressent en parallèle. Les romans dans lesquels plusieurs histoires s’entrecroisent sont parfois difficiles à lire (je pense à Miroir de nos peines en écrivant cette phrase) mais ce n’est pas le cas ici.

Lire la suite

[Chronique] [Dessin] Interpréter ses rêves

Les rêves sont des messages. Comment les interpréter ?

Plumes – 21 avril 2020
Stylo, feutre noirs, crayons de couleurs

J’ai toujours aimé les symboles, comme dans ce dessin : des plumes, un liquide rouge (est-ce de l’encre ou du sang ?), des pattes, un œil peut-être…

Et j’ai toujours beaucoup rêvé, sans prêter attention au contenu de mes rêves. Il y avait bien des situations récurrentes, des émotions suscitées par les rêves (la gêne souvent, la honte, la peur…) dont je me souvenais au réveil, des personnes de mon entourage que je « croisais » pendant la nuit mais j’oubliais tout cela dès que je mettais le pied à terre.

Ce n’est que l’an dernier que j’ai commencé à m’interroger sur le contenu des rêves. En discutant avec ma fille, j’ai appris que l’on pouvait interpréter certains signes ou symboles en utilisant un « dictionnaire des rêves ». Elle m’a recommandé celui du site Psychologies. Pour en avoir testé d’autres trouvés sur le net, je reconnais que c’est celui que je préfère car il est clair, nuancé et positif.

Comment interpréter ses rêves ? Il est important avant tout de pouvoir conserver au réveil la mémoire des éléments oniriques. Pour cela, mieux vaut ne pas être dérangé quand on émerge du sommeil, se remémorer la nuit, les rêves ou cauchemars et les noter. Pensez à laisser un bloc-note et un crayon sur votre table de chevet.

En lisant le dictionnaire des rêves, on apprend peu à peu que si le symbole ou l’objet est la clé d’entrée, les détails sont importants. Prenons un exemple. Imaginons que vous vous trouviez en rêve dans une voiture.

Lire la suite

[Lecture] L’année du Lion

Comment vivre après une pandémie qui a décimé 95 % de l’humanité ?

L’année du lion, Deon Meyer, Seuil, 2017

Nico Storm, 13 ans, et son père font partie des rares survivants à la Fièvre. Ils sillonnent l’Afrique du Sud dans un camion pour collecter tout ce qu’ils peuvent y trouver : nourriture, carburant, armes, produits d’hygiène… Ils se méfient des (rares) autres hommes qu’ils croisent et des animaux, souvent dangereux.

Leur errance prend fin quand ils décident de fonder une communauté, Amanzi. Ils s’installent dans un lieu stratégique, près d’un barrage. Comment cette nouvelle société va-t-elle s’organiser ?

Réussiront-ils à produire de l’électricité ? Du gasoil ? Quels sont les habitants qui vont venir les rejoindre ? Qui va assurer la sécurité et le respect des règles démocratiques dans la communauté ? Comment des tempéraments forts et des intérêts opposés vont-ils pouvoir cohabiter ?

Nombreuses sont les questions posées par ce roman initiatique post-apocalyptique dont l’action se déroule sur 5 ans. Nico, adolescent puis jeune adulte, va être un observateur privilégié de l’évolution d’Amanzi. Il va apprendre à se battre pour défendre son père et son peuple. Excellent tireur, il intègre à 16 ans les commandos d’attaque d’Amanzi, dirigés d’une main de fer par Domingo, personnage sombre et querelleur. Nico se retrouve ainsi en première ligne face aux menaces extérieures. Car Amanzi, son organisation et ses ressources sont objets de convoitise pour les factions rebelles qui gravitent aux alentours.

Lire la suite