Rayons de lune #21-05

Que s’est-il passé en mai ? Thérapie, sommeil et vidéos. Lectures passées et à venir (coup de chœur).

Bouquet offert par mes filles ● 30 mai

Thérapie

Comme je vous l’avais dit fin avril, j’ai décidé de faire une pause concernant la psychologie. J’espérais pouvoir ainsi me consacrer davantage à mes loisirs créatifs… ce qui ne fut pas le cas. Le temps passe, les journées défilent, le travail prend beaucoup de place (comme toujours en fin d’année scolaire). Bref, j’ai dû revoir mes prétentions à la baisse.

Je poursuis ma thérapie. Et j’avance, pas à pas. Ma colère est sortie en avril. J’ai pu mettre en mots certaines souffrances. Elles ont été écoutées. Et entendues, ce qui est rare. Mes interlocuteurs m’ont comprise. Ils ont tenté d’apporter des réponses à mes questions. Il faudra encore des mois d’écoute, patiente et attentive, pour dénouer tous les fils. Mais désormais je me sens soutenue. Et c’est là l’essentiel.

Insomnie et carte mentale

Mon sommeil, en revanche, s’est à nouveau dégradé. 12 nuits ≥ 8 heures, c’est moins qu’en avril (19). Insomnies, réveils nocturnes et cauchemars sont toujours présents. J’apprends à accepter la situation, tout en essayant de l’améliorer en me couchant à heure fixe. J’apprécie les journées où je me réveille fraîche et reposée, pleine d’énergie. Ça me donne la pêche pour supporter les jours gris.

Je sais que ces insomnies et ces rêves noirs sont liés au traumatisme. Alors, j’ai revisionné la vidéo n°4 de Cyrinne Ben Mamou « Neuf pistes pour sortir du traumatisme », dont je vous parlais ici. Pendant l’écoute, j’ai pris une feuille blanche, un stylo noir, des crayons de couleur… et j’ai tracé une carte mentale pour poser sur le papier mon état d’esprit. Ce furent des mots positifs, qui révèlent une envie de croissance. Une carte mentale bien plus positive que les précédentes, lumineuse, colorée. Ce qui m’a fait plaisir.

Vidéos H Paradoxæ

Pendant ce mois de mai, j’ai regardé des vidéos… ce qui ne colle pas du tout avec mes intentions d’avril concernant la pollution numérique. Oui, mais bon… Quand on trouve une chaîne Youtube passionnante, on a envie de l’explorer, non ?

Je regarde donc des vidéos le soir, pendant la préparation du pain et du repas. Nouvelle routine, constructive et enrichissante, dans le refuge chaleureux de ma cuisine. J’aime ce petit moment de détente quotidienne après le travail.

J’ai commencé à explorer la chaîne de H Paradoxæ. Alistair est autiste, handicapé et souffre de douleurs chroniques. Il publie des vidéos sur le handicap, l’accessibilité, l’autisme, la transidentité… Et c’est juste un réel plaisir de l’écouter !

Je vous conseille, entre autres, cette vidéo : Un monde sans handicap ? pour changer notre regard sur le handicap. Eugénisme, stérilisation, avortement… la violence envers les personnes handicapées a existé et existe toujours, partout dans le Monde. Pourquoi vouloir « éradiquer » le handicap ? Est-ce seulement possible ? C’est un sujet sensible, qui mêle génétique, médecine, sociologie, éthique… Alistair nous livre ici une présentation richement argumentée et documentée pour envisager ce que serait un monde sans handicap. Ça fait froid dans le dos ! Vive la diversité !

Le chœur des femmes

Avant de passer aux lectures du mois, un petit mot sur un roman graphique qu’il faut lire, sans hésiter… dit Nina qui ne l’a pas encore lu !

Non, je ne l’ai pas lu, mais j’ai adoré le roman d’origine : Le chœur des femmes de Martin Winckler, auteur et médecin. Et quand je vois les extraits de cette BD dans cet article, je me dis que cette adaptation met en image de façon magistrale cette histoire humaine.

Le sujet ? Une interne en médecine, douée et ambitieuse, va faire un stage dans un service de soins gynécologiques auprès d’un soignant peu ordinaire…

Et pour vous, que s’est-il passé pendant ce mois de mai ?


Mes lectures de mai

Je m’aperçois que j’aurais dû écrire mes brèves chroniques juste après avoir terminé chaque lecture. Parce que là, franchement, je ne sais pas quoi vous dire sur les deux premiers livres. Je m’organiserai mieux à l’avenir, promis !

  • Le voile des apparences de Natacha Calestrémé

Cette année-là, entre un déluge et une éclipse solaire, l’impétueuse Beevi hérite d’une grande demeure et adopte Mary Anne, débarquée sans crier gare de son orphelinat. Aidée de l’extravagante Miss Boonsidik, Beevi reconvertit la bâtisse – quatre tourelles, dix toilettes, des bibelots à foison et un jardin extraordinaire – en bed & breakfast pour touristes égarés… Une chronique absolument tendre, libre, drôle et incisive, d’un petit monde quelque part en Malaisie, aujourd’hui. – Prix du premier roman étranger 2018

C’est l’inconcevable histoire de personnages originaux qui se croisent, s’entraident et se disputent dans un village de Malaisie. Un roman – une fable ? – dans lequel une vieille dame acariâtre accueille de rares touristes dans sa grande maison, aidée d’une jeune fille orpheline dont la mère est star de cinéma, et d’une femme transexuelle engagée. Se mêlent à l’histoire un ami chinois d’âge mûr venu finir sa vie dans cette petite bourgade pour y trouver la paix et aller pêcher sur le lac. Un poisson mystérieux traverse le roman, ainsi qu’un enfant imaginaire, qui rôde dans le jardin.

Un récit surprenant, à l’écriture attachante. Je me suis laissé entraîner dans cette valse incohérente, qui fait tourner la tête et remet les pieds sur terre. C’est la peinture d’une société différente, où les cultures cohabitent tant bien que mal (malais, chinois, indiens…) avec des touches de consumérisme occidental. Une histoire ubuesque, parfois grotesque, parsemée d’anecdotes croustillantes.

Un premier roman indéniablement réussi, à ne pas mettre entre toutes les mains, cependant. Pour ma part, j’ai ressenti un malaise en lisant certaines scènes, qui évoquent sans détours les dérives et la violence de nos sociétés contemporaines. Mon avis final est donc mitigé. Si j’ai aimé l’écriture et l’originalité des personnages, je déplore le manque de poésie et d’humanité de ce monde décalé, trop cru pour ma sensibilité.

10 réflexions sur “Rayons de lune #21-05

  1. Un bien beau bouquet printanier ! Ça fait toujours plaisir.

    Le sommeil est vraiment de la fine mécanique chez certaines personnes, ce n’est pas évident de trouver le réglage exact pour « faire ses nuits ». Je jalouse celles et ceux qui s’endorment d’une traite et se réveille frais comme des gardons 😁😁

    Beau mois de juin ! ☀

    1. Merci Johan. Les pivoines commencent à s’ouvrir. C’est magnifique 🌸

      J’étais de ces personnes qui dorment d’une traite 8 à 9h par nuit. J’espère bien parvenir à retrouver ce rythme. C’est ma priorité du mois de juin. J’ai commencé à tracer un graphique pour visualiser mon temps et mon rythme de sommeil. Nous verrons fin juin ce que ça donnera.

      Bon mois de juin à toi également ! 🔆

  2. Bonjour Nina, un joli résumé pour ce mois de mai, avec des hauts et des bas, la vie dans tous ses contrastes.
    Pas à pas, c’est ce qui fonctionne le mieux, même si au début on peut ressentir une forme de boulimie à aller vite.
    Pour le sommeil, il y a tellement de paramètres. J’espère que ce que tu mets en place au fil des mois te permettra de retrouver des nuits plus paisibles et apaisantes aussi.
    Belle fin de semaine
    Je t’embrasse

  3. Bonjour Nina,
    Bon courage à toi pour ton sommeil!
    Bizarrement, pour ma part, je m’endors vite et dors d’une seule traite mais le matin, j’ai la tête dans le sac, avec pleins d’angoisses!
    Très beau mois de juin à venir pour toi

    1. As-tu essayé l’hypnose pour accéder à ton inconscient plus facilement ?
      Ça m’aide beaucoup à laisser mon anxiété s’exprimer. Après quelques minutes de cogitations intense, le mental s’apaise et je me détends complètement.
      Je voulais écrire un article sur l’hypnose. Je n’ai pas trouvé le temps. Peut-être cet été ?

  4. Bravo pour tous ces efforts et retrouver le bon chemin… Il n’est pas facile de se reconstruire après des traumatismes (je découvre vitre site aujourd’hui, suite à votre visite sur le mien, ce dont je vous remercie 🙏🙏). La vie n’est jamais facile et nous ne possédons pas tous les mêmes armes pour réagir. Se faire aider est déjà un grand pas vers le succès (thérapie, hypnose, etc…). Apprendre à dire Non est parfois difficile, apprendre à s’aimer aussi. Savoir se protéger, être un peu égoïste parfois, changer des habitudes, intégrer une nouvelle façon de vivre en quelque sorte. En tout cas, ne jamais se couper du relationnel, choisir les bonnes personnes, s’obliger à sortir pour une activité par exemple…
    Bon courage pour la suite !😉

    1. Merci pour vos encouragements.
      C’est vrai que les progrès passent par de tous petits changements, progressifs.
      J’avance doucement.
      Je ne connais pas votre histoire mais vous semblez avoir progressé vous aussi. Bravo !

      1. Difficile à dire ! Il y a des périodes où l’on avance (grâce à des personnes compétentes ou des relations…) et d’autres moments plus calmes. Et puis selon la personnalité de chacun, son histoire…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.