Rayons de lune #21-03

Que s’est-il passé en mars ? Psycho, fin d’hiver et cartes mentales. Un mois que je redoutais et que je suis heureuse de voir se terminer.

Photo Unsplash : Ganapathy Kumar

Cauchemars et insomnies

Le mois de mars est, depuis quelques années, un mois difficile à vivre pour moi. J’attribue cela à la sortie d’hiver. Mon corps est fatigué, la météo est encore fraîche et, même si les jours rallongent doucement, on ne se sent pas encore au printemps. Cela va mieux après le changement d’heure, fin mars, car les soirées sont plus longues, les températures ont tendance à remonter et la nature, en avril, sort de son sommeil hivernal.

Ce mois de mars n’a donc pas échappé à la règle. J’avoue que je l’ai abordé avec un peu d’anxiété. Je me disais qu’il ne fallait surtout pas que je m’arrête (car tout arrêt de travail serait pour moi un échec, un doigt dans l’engrenage qui peut mener à une lente descente aux enfers, comme je l’ai déjà si souvent vécu). J’avais peur de tomber malade. Et surtout j’ai tiré peu de bénéfice des vacances d’hiver, qui se sont terminées le 8 mars et se sont avérées plus fatigantes que reposantes.

Pendant ces vacances, j’ai commencé à faire des cauchemars, avec des scènes précises et assez violentes. J’en ressortais complètement bouleversée. Les réveils nocturnes se sont multipliés. Et, après de tels rêves, il est souvent difficile de se rendormir. Les insomnies sont donc devenues mon lot quotidien. Si je compte sur ma feuille de suivie les nuits complètes de 8 heures ou plus, il n’y en a eu que 5 au mois de mars avec, pour certaines d’entre elles, un ou deux réveil(s) nocturne(s).

Traumatisme et énergie

Ne comprenant pas cette tendance soudaine à faire des cauchemars, j’ai commencé à me renseigner sur le traumatisme. J’ai regardé les vidéos de Cyrinne Ben Mamou, dont je vous ai parlé dans deux articles : Traumatisme et résilience.

Je poursuis mes recherches et mes expériences sur ce sujet, afin de progresser vers la croissance post-traumatique.

Par ailleurs, j’ai écrit deux lettres importantes ce mois-ci : une à l’un de mes enfants, l’autre à mes parents. Cela m’a aidée à avancer, en posant par écrit ce que j’avais à dire sur le passé familial. J’ai envie de m’alléger maintenant, de faire du tri dans mes archives, les photos… mais j’ignore quand je pourrai trouver le temps et l’énergie de le faire.

Énergie, oui. C’est bien le mot-clé du mois de mars. C’est ce qui m’a manqué pendant ces longues journées : de l’énergie. C’est très frustrant : avoir envie de faire plein de choses (ce qui est positif, c’est certain) et ne pas trouver l’énergie nécessaire. Cela me rappelle un article du blog Pourquoi pas autrement : Cuillères, fatigue, unités d’énergie et impossible repos. Quelles sont les sources de fatigue potentielle ? Comment se préserver et limiter la dépense d’énergie ? Les personnes ayant des troubles autistiques ont beaucoup à nous apprendre sur ce sujet qui est au centre de leur vie quotidienne.

Cartes mentales

En janvier, je vous disais que je m’interrogeais sur mon journal intime et sur l’écriture cathartique. Peu à peu, je développe une nouvelle façon de poser mes pensées sur le papier. Je prends une feuille blanche format A4 et je laisse le flot s’écouler. Ce sont des mots épars, des flèches, des petits dessins… qui forment une sorte de carte mentale de mes préoccupations à un instant t.

Il est difficile de partager ici une de ces cartes mentales car elles sont très personnelles. Je verrai dans les semaines à venir, quand j’aurai davantage de temps, si je peux vous en montrer quelques parcelles, en floutant peut-être certaines zones.

Cette forme d’écriture est moins linéaire que les phrases d’un journal. Les mots s’éparpillent sur la feuille, des liens se créent, des idées surgissent… et il arrive parfois que j’aie une révélation. Une causalité que je n’avais pas prise en compte, un souvenir qui donne du sens, subitement. Ou une répétition de termes, d’images… qui m’aide à avancer, comme un message de mon inconscient. J’aime cette spontanéité, cette liberté !

Au final, vous l’aurez compris, je suis ravie que ce mois de mars se termine (et fière de ce que j’ai accompli). J’ignore ce qu’avril nous réserve, mais le soleil, les bourgeons, les premières fleurs et la douceur me mettent du baume au cœur et me donne envie de le découvrir sans plus attendre !

Et vous, comment avez-vous passé ce mois de mars ?


Mes lectures de mars

  • Les prisons familiales d’Anne-Laure Buffet, dont je vous ai parlé dans mon dernier article Sortir du silence
  • Toujours en cours : Effondrement de Jared Diamond (cf. mon bilan de février)
  • Rubiel e(s)t moi de Vincent Lahouze. Né en Colombie, adopté à l’âge de 4 ans par un couple français, Vincent Lahouze nous raconte ici son parcours à travers un roman semi-autobiographique. Que serait-il devenu s’il était resté dans les bas-fonds de Medellín ? Il met ainsi en parallèle le destin de deux amis : quand Federico est adopté par des Européens, Rubiel s’évade de l’orphelinat pour rejoindre la Rue… A l’époque où la police traque Pablo Escobar, où les narco-trafiquants enrôlent des enfants pour s’infiltrer partout et commettre les pires méfaits, comment le jeune garçon va-t-il survivre dans la jungle urbaine ?

8 réflexions sur “Rayons de lune #21-03

  1. Il y a des mois comme ça que nous voyons prendre fin avec le sourire Nina.
    Les nuits hachées et les cauchemars qui font redouter l’endormissement c’est vraiment compliqué à vivre. Mais les rêves c’est ce qui sort, et donc je pense que c’est bon signe. En plus tu as pas mal avancé sur plein de points, dont les lettres, et c’est un sacré pas en avant, une vraie révolution intérieure. Ca s’accompagne inévitablement d’un déséquilibre, qui je l’espère va s’atténuer dans les jours, semaines à venir.
    Je t’envoie des ondes douces et chaleureuses.

    1. Merci Marie pour tes rayons de douceur 💕
      La thérapie est nécessaire, même si elle est difficile. Certaines personnes peuvent avoir peur de s’y lancer pour ne pas fouiller dans leur passé. Le déséquilibre est perturbant, c’est certain. Il mènera à un nouvel équilibre, plus stable et épanouissant.
      Je te souhaite un bon mois d’avril, bises 🔆

  2. Je ne sais pas pourquoi mais ton témoignage me rassure !
    Bizarrement j’aime beaucoup écrire ! Y avait une période où j’écrivais beaucoup dans mon journal perso! Maintenant je n’arrive plus à écrire plus de deux lignes ! Juste de la poésie que je mets de temps en temps sur mon blog.
    Au plaisir de te lire ☺️

    1. Bonjour à tous,
      Je me glisse dans la conversation…🤗
      Oui, effectivement, nous avons nos temps, et il faut l’accepter. Parfois je me sens totalement vide, rien à dire, rien à écrire. Alors je me tais, je fais comme la mer j’accepte le temps de l’étale. Et puis, petit à petit, je sens revenir des nouvelles nourritures , des impressions neuves, qui forment des alluvions et donnent des germes d’idées, comme des promesses de jolies fleurs prêtes à cueillir.
      Quand je traverse ce genre de moment, je suis toujours un peu inquiète, et puis en me ressaisissant je me dis :
       » Profite bien de ce « pseudo » vide pour te laisser envahir par la formidable paix qu’il porte en lui. »
      belle journée à tous
      Corinne

      1. Bienvenue Corinne,
        et merci pour ton abonnement.
        Que de belles images dans ton message !
        La mer est source d’inspiration et de métaphores merveilleuses.
        Accepter le calme et le silence, oui. Ils font aussi partie de la vie.
        Bonne journée 🔆

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.