Traumatisme et résilience

Avez-vous des douleurs chroniques dont on ne trouve pas l’origine ? Faites-vous face à des échecs récurrents dans un domaine de votre vie (amour, travail, relations amicales…) ? Vous souffrez peut-être, sans le savoir, de traumatisme. Explications.

Photo Unsplash : Kristaps Grundsteins

Le hasard fait parfois bien les choses. Je suis allée sur Youtube récemment pour conseiller à une amie une vidéo sur les blessures d’enfance. Et j’ai trouvé, sur la même chaîne, une série de quatre vidéos intitulées : Comprendre le traumatisme. J’ai cliqué. Pourquoi ? Certainement parce qu’inconsciemment, je savais que ces vidéos allaient m’apporter des réponses. Je n’imaginais pas à quel point !

Comprendre le traumatisme

Quatre vidéos, quatre heures d’explications sur le traumatisme. Dit comme ça, ça peut paraître rébarbatif. Mais pour moi, ce fut passionnant ! Dans cette série de vidéos, Cyrinne Ben Mamou, docteur en neurosciences, conférencière et thérapeute, nous explique de façon très claire ce qu’est le traumatisme et comment en sortir pour aller vers la résilience. Ces quatre vidéos se déclinent ainsi :

  • #1 Différence entre trauma et traumatisme
  • #2 Cinq caractéristiques du traumatisme
  • #3 Huit pièges du traumatisme
  • #4 Neuf pistes pour sortir du traumatisme

Évidemment, la tentation est grande de regarder directement la vidéo #4. Ce serait, disons-le tout de suite, une grave erreur. Il est essentiel de bien poser les bases pour pouvoir progresser dans la compréhension du traumatisme. De plus, Cyrinne Ben Mamou nous propose à la fin de chaque vidéo un petit exercice de réflexion personnelle, qui évolue au fil des quatre vidéos.

Qu’ai-je appris en regardant ces vidéos ? Beaucoup de choses, sur le traumatisme d’une part, et sur moi-même d’autre part. J’ai pris des notes détaillée pour pouvoir reprendre tout cela calmement plus tard. Je pense que je regarderai à nouveau la vidéo #4 dans quelques semaines, comme une piqûre de rappel pour continuer à avancer sur mon chemin de croissance post-traumatique. Les pistes pour sortir du traumatisme sont très simples mais leur mise en œuvre est difficile. Il faut mettre en place de nouvelles habitudes de vie, être persévérant(e), volontaire… alors écouter de nouveau ces conseils ne pourra être que bénéfique.

Dissocier trauma et traumatisme

Revenons au point de départ : le traumatisme. Comment savoir si vous souffrez de traumatisme ? Peut-être vivez-vous, sans le savoir, avec ce stress chronique qui impacte tous les aspects de votre vie.

Il est important de bien comprendre la différence entre le trauma, qui est l’événement déclencheur, et le traumatisme, qui s’est installé ensuite. Nous vivons tous des traumas (ruptures, deuils, conflits, maladie, accidents…). Mais nous ne développons pas tous un traumatisme suite à ces traumas (heureusement !) La plupart des gens, suite au trauma, reprennent le cours de leur vie.

D’autres vivent une période de traumatisme et parviennent à en sortir. Nous connaissons tous des personnes qui ont débuté une « nouvelle vie » après un cancer, un accident, la perte d’un enfant… On se demande comment elles ont fait pour se relever de tels drames, pour être si rayonnantes, si inspirantes. La réponse est simple : ces personnes ont su dépasser leur traumatisme, s’adapter (c’est la résilience, le versant positif du traumatisme) et avancer dans leur vie (c’est la croissance post-traumatique qui apporte souvent davantage de créativité, de compétence, de présence à soi).

J’ai noté cette phrase : Si certains événements et traumas sont inévitables, le traumatisme, lui, est évitable. Pour cela, il faut en comprendre le fonctionnement.

Un mode de fonctionnement physiologique

Comment cela se passe-t-il concrètement ? Le trauma est un événement violent, difficile, auquel notre corps réagit en déclenchant une réaction de survie. Le trauma est circonscrit dans le temps. Le stress provoqué dans notre corps est d’origine externe (accident, agression, décès d’un proche…). Suite à ce trauma, le traumatisme peut se mettre en place. Le traumatisme est un mode de fonctionnement physiologique : le corps est maintenu dans un état d’activation intense. Cela crée un stress chronique, d’origine interne, qui peut durer des mois, voire des années, et entraîner des troubles somatiques (migraines, troubles intestinaux, inflammations, douleurs localisées…)

Si vous vous sentez concerné(e) par le sujet, je vous encourage à regarder la première vidéo qui donne des détails sur cette mise en alerte du corps, au niveau du système nerveux (rassurez-vous, c’est très bien expliqué, avec des schémas clairs et faciles à comprendre).

Trois bonnes nouvelles

  • Le traumatisme étant une modification du fonctionnement physiologique, il est assez simple d’agir pour revenir à un fonctionnement normal, ce qui permet de sortir du traumatisme et de trouver l’apaisement.
  • Il n’est pas nécessaire de se souvenir du trauma d’origine (qui peut être totalement inconscient s’il s’agit, par exemple, d’une difficulté liée à votre naissance ou d’un secret transgénérationnel) ; sortir du traumatisme, c’est guérir du passé en se construisant un meilleur avenir.
  • Chaque trauma n’est pas suivi d’un traumatisme.

Les pistes de croissance sont liées au corps. Pour guérir, il faut reprogrammer son corps pour l’apaiser, afin qu’il fonctionne à nouveau normalement, qu’il ne soit plus en alerte permanente.

J’ai retrouvé là l’approche par les neurosciences rencontrée dans le livre Le corps n’oublie rien de Bessel Van der Kolk, une lecture essentielle sur le traumatisme que je vous recommande vivement (Bessel Van der Kolk est un psychiatre américain qui a travaillé avec les soldats traumatisés par la guerre du Vietnam).

Bilan personnel

Ce que je retiens de la première vidéo, c’est l’importance de dissocier le trauma (passé) du traumatisme (présent). Si on est encore actuellement en situation de trauma (violences conjugales, harcèlement au travail…), il faut agir pour s’en sortir. En revanche, si on souffre de traumatisme, il est inutile de s’acharner à chercher la cause, l’origine des troubles (qui peut être liée à de multiples événements de notre vie, avoir été oubliée par amnésie ou résulter d’un trauma familial inconscient).

J’ai noté ces trois verbes, qui me semblent être comme une devise que je veux utiliser : ACCEPTER – COMPRENDRE – AGIR. Il faut accepter le passé, qui ne peut être modifié. Comprendre le traumatisme. Et agir pour guérir, pour développer la résilience et entrer (enfin) dans une phase de croissance post-traumatique.

Il serait trop long de détailler ici les caractéristiques du traumatisme, détaillées par Cyrinne Ben Mamou dans la deuxième vidéo. J’y reviendrai certainement dans un futur article qui me permettra d’évoquer également les pièges du traumatisme, dans lesquels je tombe si souvent.

Ces vidéos m’ont, en tous cas, donné beaucoup de réponses et de pistes pour avancer. J’ai mesuré le chemin parcouru depuis deux ans, les progrès que j’ai accomplis… Et j’ai pu choisir de nouvelles actions à mettre en place pour aller mieux. C’est très positif !

Pensez-vous souffrir de traumatisme ? Vous êtes-vous déjà renseigné sur le sujet ?

(Lire la suite : Traumatisme et résilience)

15 réflexions sur “Traumatisme et résilience

    1. Oui, Patricia, c’est excellent !
      J’aime beaucoup les vidéos de cette thérapeute. Elle explique très bien, avec des schémas, d’une voix calme et posée.
      Je vais continuer à explorer sa chaîne car le sujet du traumatisme fait partie de mon quotidien et j’ai vraiment envie de progresser pour m’épanouir.
      Merci pour ta visite 💚

      1. Je me suis inscrite à sa chaîne. En écoutant la vidéo que tu mets dans ton article, j’ai pris conscience que je suis traumatisée suite au trauma. Merci encore pour ce formidable partage !

      2. Si mon modeste article peut aider des personnes comme toi et moi à comprendre ce dont elles souffrent, c’est un grand pas pour elles.
        J’espère que nous guérirons et aurons une meilleure vie. Comme elle le dit, s’occuper de soi, s’aimer, devenir meilleur, c’est contribuer à ce que le monde soit meilleur. J’aime beaucoup cette idée, très « colibri ».
        À bientôt !

  1. Si t’aime prendre conscience de certaines choses relié à ton passé ou à des traumatisme je te propose également l’émission du Doc Mailloux et de Josey Arsenault, c’est un psychiatre québécois et son animatrice: https://www.youtube.com/channel/UCr4NkLrqqMIYza0P_qFkmmA Il a une vision du monde différente de ce que l’on entends toujours, Il y a aussi Jordan Peterson, un psychologue canadien https://www.youtube.com/channel/UCXFQs_zuQWJDTnfBsrAj5nw c’est moins complet mais tout de même intéressant… Merci pour l’article, j’vais voir la vidéo!!

  2. Bonjour Nina,

    Quel article intéressant, comme toujours, et qui plus est circonstancié ! On sent que ce sujet t’intéresse grandement. 😉

    Au rayon des étrangetés, j’ai déjà essayé de lire des bouquins de Cyrulnik mais il a une manière d’expliquer qui n’a pas trouvé écho dans ma caboche. J’ai donc essayé de l’écouter mais le résultat fut encore pire, je décroche très vite de ses propos. Tes articles font plus sens que certains bouquins 😉

    En ce qui concerne les traumatismes, il fut une époque où j’avais la tête sous l’eau, tétanisé, incapable de prendre une décision dans un sens comme dans l’autre. Et puis à force de renseignements, de prises de conscience et d’actes (ton fameux Accepter-Comprendre-Agir), j’avance plus sereinement dans la vie.

    S’il y a bien une chose qui me plaît maintenant, c’est justement de poser des actes concrets. C’est toujours un challenge envers moi-même mais je ne m’y soustrait plus et quoi qu’il arrive mes actions me mènent toujours quelque-part (la fameuse serendipité).

    L’âge (37) est peut-être aussi un facteur qui fait que je ne veux plus rester paralysé par des blocages psychologiques, qui sait…

    Belle journée,

    N. B. : Et puis comme ça tu as une réponse à ma pirouette de l’autre jour sur l’âge 😁

    1. Bonsoir Johan,

      merci pour le compliment ! Je suis contente de savoir que mes explications sont claires (car le sujet est dense). J’avoue n’avoir encore jamais essayé de lire ou écouter Boris Cyrulnik. Il faudra que j’essaie, pour voir si ma « caboche », comme tu dis, y est plus perméable que la tienne !

      C’est important de poser des actes concrets. Quand on est dans le traumatisme, on a tendance à vouloir tout rationaliser (pour se rassurer) et à trop réfléchir au lieu d’agir. J’y reviendrai quand je parlerai des caractéristiques et pièges du traumatisme.

      Bonne fin de semaine (et merci pour la réponse !)

  3. Merci Nina pour cette découverte, je me suis empressée d’aller découvrir la première vidéo. C’est intéressant, j’ai enfin compris la différence entre trauma et traumatisme et que l’un pouvait aussi exister sans l’autre.
    J’ai aussi compris que le trauma resterait, comme le passé existe mais que nous avions la main sur le traumatisme…C’est plus qu’une bonne nouvelle!
    Belle journée et à très vite.

    1. Heureuse d’avoir pu t’être utile, Marie.
      Oui, c’est une excellente nouvelle. Maintenant, il faut aller de l’avant, mener une vie riche, créative, sans trop se retourner sur le passé.
      Il faudra certainement des mois pour « désamorcer » ce stress chronique.
      Patience, courage et plein d’ondes positives pour toi, Marie ✨
      PS. C’est bien de savoir qu’on est plusieurs à vivre le même parcours vers la résilience.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.