Sortir de prison

Depuis deux jours, j’accompagne une amie qui sort d’une relation toxique. Comment se libérer de l’emprise ? Témoignage.

Photo Unsplash : Kelly Sikkema

Il est très difficile de comprendre que l’on est sous emprise. Parfois, on a des doutes, on sent que la relation n’est pas équilibrée, on se dit qu’on serait mieux sans lui/elle. Sans réussir à accepter l’inacceptable.

Cette amie m’a appelée mardi soir, en pleurs. Elle avait besoin d’écoute, de soutien. D’une présence attentive. Je n’ai fait que l’écouter. C’est peu. Et pourtant, c’est essentiel. Depuis, elle m’a rappelée. Plusieurs fois. Nous sommes restées des heures au téléphone, chacune continuant ses activités de son côté, tout en restant en ligne. Reliées. Ne pas rester seule. Avoir quelqu’un au bout du fil, ce fil qui raccroche au présent, à la vie, quand la réalité perd toute sa consistance.

Je sais le choc que représente cette prise de conscience. Je sais le monde qui vacille, les ombres qui apparaissent sur une histoire que l’on croyait belle et romantique. Je sais la brûlure de la trahison. La honte d’avoir été manipulée. Et le regard que l’on porte sur soi : comment ai-je pu me laisser ainsi maltraitée ? Pourquoi n’ai-je pas compris plus tôt ?

Reviennent alors en mémoire ces doutes qui nous ont effleurés, cette intuition qui nous chuchotait que ça n’allait pas, cette envie de disparaître qui nous semblait parfois la seule issue possible. Ces rêves de liberté vite étouffés. La voix de la raison, le sens moral, la pression familiale qui nous poussent à tenir notre rôle, à rester envers et contre tout. Envers et contre soi.

Et puis vient la peur. La peur de lui/elle, de cette personne qu’on a aimée et qui devient subitement notre pire ennemi. Que va-t-il/elle faire maintenant ? Ma vie est-elle en danger ? Un être toxique qui dévoile son vrai visage est terrifiant. Il devient un autre, un bourreau, un monstre. Et notre instinct de survie s’exprime avec une puissance folle. C’est une terreur viscérale, au sens propre du terme. Un nœud dans les entrailles. La peur de mourir.

J’ai écouté cette voix au téléphone. J’ai perçu ses vibrations, son émotion, ses doutes, sa peine. Et j’étais là. C’est la seule chose que je peux faire : être là. Derrière mon écran, comme une présence rassurante. Un phare dans la tempête. C’est essentiel pour les victimes, ce fil ténu qui les raccroche au rivage.

Donner des conseils ne sert à rien. La personne sous emprise doit se libérer seule de cette toile d’araignée dans laquelle elle est engluée. Quand la conscience de la situation est devenue claire, c’est l’instinct de survie qui va la guider. Un instinct primitif qui nous guide pour échapper au danger. L’accompagnement d’un professionnel (médecin, psy…) est nécessaire. Être entouré(e). Voilà la clé.

Quelques ressources :

2 réflexions sur “Sortir de prison

  1. Oui être là, être à l’écoute et maintenir le lien, c’est déjà énorme Nina.
    Anne Laure Buffet parle très bien de l’emprise et c’est son livre d’ailleurs qui m’avait aidée à y voir plus clair, même des années après.
    Comme tu le dis c’est seul que l’on peut s’extraire de cette toile tissée dans laquelle nous sommes prisonniers de l’autre et de nous-mêmes.
    Se faire accompagner permet de se dire qu’autre chose est possible. Un jour. C’est peut-être juste une lumière dans le long tunnel de l’emprise mais une lumière qui permet d’avancer jusqu’au jour où on peut partir.
    Cette amie a pu te parler et je crois que quand on commence à pouvoir parler, c’est qu’on est en chemin pour autre chose.
    Je t’embrasse et des pensées pour ton amie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.