[Texte] Vole, Louise, vole !

Pour le challenge écriture de la semaine, Marie Kléber nous proposait d’écrire à partir d’une image. Après avoir longuement regardé cette image et laissé les mots se poser en vrac sur le papier, j’ai réglé le minuteur de mon téléphone sur 10 minutes. J’avais 10 minutes devant moi. 10 minutes d’écriture libre, pour rédiger un texte spontané. Que j’ai ensuite légèrement retravaillé. Le voici.

Photographie : Marie Kléber

Sur le parvis de l’église, Léa rejoint son amie. Elles s’assoient sur le marches côté sud, face à la fontaine. L’ample bâtiment du XVème siècle semble peser sur leurs épaules, comme pour les écraser du poids de l’Histoire. Combien de baptêmes, de mariages et d’enterrements ont été célébrés sous ses voûtes ?

Léa est loin de ces considérations. Elle retire son écouteur droit et le glisse dans l’oreille de Louise. Une symphonie de notes retentit, bientôt suivie par les paroles d’un slameur inconnu. L’eau de la fontaine jaillit.

Agonie d’un monde usé et périmé , planète toxique et avenir brisé, embaumer nos cœurs et geler nos espoirs, ils nous laissent hurler sans écho dans le noir

Louise lève les sourcils, regarde Léa et… éclate de rire. Les couleurs des statues qui se baignent devant leurs yeux, le soleil, la douceur de ce jour de printemps. Tout détonne de ces paroles funestes.

— C’est quoi ton délire ? lance Louise. C’est glauque !

Sans répondre, Léa reprend son écouteur et poursuit son écoute en stéréo. Elle sait que nul ne peut comprendre.

Finalement, elle arrache la musique, se libère de son spleen et se met à danser, entraînant Louise dans un tourbillon de pas légers et de rires cristallins.

— Tu te souviens quand nous étions à l’école ? Nos chorégraphies dans la cour ? On s’éclatait comme des folles !

— Oui, et alors ?

— Alors, il faut retrouver cette légèreté d’enfance. Regarde ces couleurs ! Rouge, jaune, bleu, vert ! Et cet oiseau aux ailes déployées ! S’il nous emportait ? Vole, Louise, vole !

Louise se dégage, étourdie par cette valse improvisée. Elle pose sur son amie un regard attendri. Léa n’a pas son pareil pour passer d’une émotion à l’autre. Elle vit en clair-obscur, alterne spleen et joie, calme et délires. Et c’est ainsi qu’elle l’aime !

6 réflexions sur “[Texte] Vole, Louise, vole !

  1. J’ai eu envie de danser avec Léa! Oui d’une émotion à l’autre, ça me dit quelque chose!
    Merci Nina pour cette jolie participation qui donne envie de vivre à plus de 100%

  2. Que c’est bon de se laisser aller et de s’amuser comme lorsque nous étions petites! Mais qu’est-ce qui nous en empêche?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.