Êtes-vous hypersensible ?

Vous sentez-vous en décalage avec les autres ? Vous reproche-t-on parfois votre caractère, vos excès de colère, vos larmes devant un film… ? Et si vous étiez hypersensible ?

Photo unsplash (recadrée) : Isaac Quesada

C’est en lisant son livre Hypersensibles, trop sensibles pour être heureux ? que j’ai découvert les travaux de Saverio Tomasella. C’était il y a quelques mois. À l’époque, je me suis dit : oui, pourquoi pas, après tout, je suis peut-être hypersensible… Et j’en suis restée là.

Au fil des jours, l’idée a fait son chemin dans ma tête. Je me suis mise à l’écoute de mon corps, de mon ressenti. J’ai alors constaté que je refoulais certaines émotions comme la joie, la tristesse… ou que je me laissais, à l’inverse, déborder par la contrariété ou emporter par la colère.

Alors, j’ai éprouvé le besoin d’en savoir plus, en écoutant ce podcast. Là, j’ai compris beaucoup de choses. Sur moi, bien sûr, mais avant tout sur notre société occidentale.

J’ai compris comment mon éducation m’avait amenée à nier mon hypersensibilité. J’ai compris pourquoi le monde du travail m’avait toujours semblé si hostile. J’ai compris également certains de mes choix de vie, ma tendance à être hyperpenseuse, ma gêne face à certains bruits, certaines odeurs…Tout est exacerbé, pour le meilleur et pour le pire.

Dans ce podcast, Saverio Tomasella nous apprend que près de la moitié française de la population serait concernée par l’hyper ou l’ultrasensibilité. Il répond à des questions essentielles :

  • Certaines personnes sont-elles insensibles ?
  • Pourquoi les gens en arrivent-ils à se blinder pour échapper à leur hypersensibilité ?
  • Les femmes sont-elles davantage concernées par l’hypersensibilité ?
  • L’hypersensibilité peut-elle être expliquée par les neurosciences ? Quelles sont les différences au niveau du cerveau ? Pourquoi les personnes hypersensibles manifestent-elles plus d’empathie que les autres ?
  • Quels métiers les hypersensibles choisissent-ils pour exprimer leur créativité ?
  • Comment les hypersensibles s’adaptent-ils à notre monde bruyant et stressant ?
  • Quels rôles jouent le regard des autres et l’éducation reçue sur les hypersensibles ?
  • Les hypersensibles sont-ils plus anxieux ? Ont-ils tendance à imaginer le pire ?
  • Comment l’amplification émotionnelle des hypersensibles influe-t-elle sur leurs relations amoureuses ?
  • Peut-on devenir hypersensible suite à une thérapie ? Une analyse peut-elle nous rendre plus sensibles, voire plus vulnérables ?
  • Comment accueillir ses émotions quand on est hypersensible ?
  • Quels liens peut-on faire entre hypersensibilité et haut potentiel intellectuel (personnes surdouées ou zèbres) ?
  • Les enfants dys sont-ils plus enclins à être hypersensibles ?

Les neurosciences nous apprennent que tous les enfants sont hypersensibles jusqu’à 7 ans au moins. C’est la société qui est hyposensible. En grandissant, les enfants se « désensibilisent » pour s’adapter aux normes sociales.

Ce podcast a résonné en moi sur un point précis : la vulnérabilité. Saverio Tomasella nous dit qu’en avançant dans notre développement personnel, nous brisons nos carapaces et devenons plus vulnérables. Toutefois, la nouvelle connaissance que nous avons de nous-mêmes nous apporte des ressources pour mieux répondre à ce qui se présente à nous. Nous apprenons à accueillir nos émotions, à poser nos limites, à nous mettre en retrait quand nous en avons besoin, à exprimer nos émotions en public comme le font les enfants ou les personnes âgées.

Vous êtes-vous déjà interrogé sur votre sensibilité ? Pensez-vous être une personne hypersensible ?

2 réflexions sur “Êtes-vous hypersensible ?

  1. Je n’apprécie pas le mot mais oui! Et je l’ai toujours su tout en essayant toujours de me protéger, de devenir moins sensible. J’y ai toujours vu une faiblesse là où d’autres me disaient que c’était une force. Aujourd’hui je porte un regard plus doux sur tout cela.
    Merci pour ce partage fort intéressant Nina.

    1. Merci pour ton message, Marie. Bonne année ! 💚
      Je ne pense pas qu’on puisse devenir moins sensible, malheureusement. Je commence à accepter cette réalité, et avant tout cette « fatigabilité » qui me complique la vie. J’ai enfin admis que je n’aurai jamais l’énergie d’une personne lambda.
      Maintenant que ce mot m’ouvre de nouveaux horizons, je compte bien apprendre à gérer ma sensibilité au quotidien, pour en limiter les inconvénients et en savourer pleinement les avantages.
      Tu as une belle créativité, Marie. C’est une force, ça, tu ne crois pas ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.