Après le burn out

Depuis mi-août, je n’ai rien publié sur ce blog. La cause de cette longue absence ? J’ai repris le travail à la rentrée. Trouver un rythme et m’adapter à un nouveau poste, après huit mois de repos à la maison. Un vrai défi !

Clés de mon nouveau lieu de travail et porte-clé acheté sur Etsy (boutique : Breizhcoco)

Comment reprendre le travail après un burn out ? Comment faire pour se remettre d’une telle épreuve ? C’est le sujet de cet article trouvé sur le net.

En toile de fond se drape la peur de rechuter. « Prendre une vraie pause à midi, pratiquer un sport, se faire accompagner afin de gérer son stress, tout cela aide à ne pas rechuter. Or souvent, pendant l’arrêt maladie, cela paraît évident. Mais au moment de la reprise, beaucoup abandonnent ce qu’ils avaient initié durant ces semaines loin du travail. C’est une erreur, il faut au contraire persister et installer ces nouvelles habitudes. » 

Pour ma part, je poursuis mes séances d’hypnose, avec les vidéos Youtube de Frédéric Barbey, aussi souvent que nécessaire (parfois la nuit, quand j’ai une insomnie). Et je prends soin de mon corps : marche à pied dès c’est possible et stretching, deux fois par semaine. J’aimerais reprendre une activité sportive mais je sens que c’est encore trop tôt. Mon corps a été bien secoué par l’épuisement consécutif à l’année 2019 puis par l’opération chirurgicale du 25 juin.

Au travail, cette première période a été une alternance permanente entre le plaisir de découvrir de nouvelles situations (c’est comme un défi à relever, ce qui me motive grandement) et la crainte de ne pas réussir. Les démons du passé sont tapis dans l’ombre et leurs apparitions ponctuelles jouent sur mon humeur, qui fait le yoyo.

Excitation, motivation et confiance en moi alternent avec appréhension, doute sur mes capacités, angoisse, voire paranoïa. Il est très difficile pour moi de faire confiance. J’apprends chaque jour à connaître mes nouveaux collègues, en veillant à rester neutre. Ce n’est pas évident… car j’ai tendance à projeter sur eux des conflits vécus dans le passé.

Heureusement, je crois que mon capital confiance augmente peu à peu, tant envers eux qu’envers moi-même. Je doute de moins en moins de ma capacité à réussir, malgré les obstacles, les tracas du quotidien et les petites difficultés à surmonter.

Il faut être patient, se dire que les journées sombres ne sont que des moments épisodiques, savoir reconnaître les moments positifs et éprouver de la gratitude. Je sens que mon approche de la vie a changé, que je suis moins sensible au regard des autres, que j’arrive à mettre à distance certaines situations qui auraient été anxiogènes autrefois. Je réussis mieux à identifier mes besoins, à les respecter, à les exprimer.

Rien n’est gagné, je le sais. Je suis en chemin. Toutefois, je pense avoir les clés pour réussir… et la patience d’accepter les méandres de la route… Car j’ai admis désormais aujourd’hui que le rétablissement est un processus long et non-linéaire.

Il faut fixer l’horizon, se redresser, avancer… au lieu de baisser la tête pour se focaliser sur les cailloux qui pourraient nous faire trébucher. Aller droit devant, fièrement. En continuant d’y croire et de grandir chaque jour davantage.

6 réflexions au sujet de « Après le burn out »

  1. Félicitations et merci pour ton témoignage ! Car reprendre un travail après un burn-out est déjà une fameuse réussite en soi ! Tu as l’air d’être bien outillée afin de tracer ta nouvelle route 👏

    Il y a quelques années, il m’est arrivé une situation similaire où j’ai dû prendre quelques semaines de distance avec le milieu professionnel. J’avais besoin de ce temps d’arrêt pour savoir où j’en étais, ce que je voulais et comment je pouvais arriver à changer le cap de ma vie tout en me promettant de ne plus jamais me considérer comme un être inférieur à un autre.

    Il n’y a pas eu de moment providentiel ni d’illumination soudaine qui a fait que ma vie a changé du tout au tout mais cela s’est construit lentement, une décision après l’autre, une action après une autre tout en sachant ce que je voulais : être moi.

    Comme toi, l’activité physique a joué un certain rôle puisque c’est à cette époque que j’ai commencé le taïchi chuan, le yoga, et que j’ai laissé la voiture au garage afin de retourner travailler en vélo. C’est aussi à cette période que la lecture et l’écriture prirent une place centrale dans ma vie. Retrouver le plaisir de vivre « simplement » mais « complètement » fut essentiel.

    Bref, il n’y a pas de recette miracle, juste une lente (mais certaine) rééducation à la vie 🌿

    À bientôt,

    • Merci Johan pour ce message, qui me confirme que le rétablissement est un processus lent. « Une décision après l’autre », comme tu dis.
      Je crois que la clé de la réussite réside dans l’image de soi. Ne plus accepter d’être considéré(e) comme inférieur(e), en effet. Exprimer ses propres besoins, qui sont aussi légitimes que ceux des autres.
      J’ai fait l’erreur d’évoquer le burn out avec mon supérieur hiérarchique. Cela m’a valu des jours difficiles ensuite, début octobre. Ce fut une vraie leçon : ne pas attendre de reconnaissance… et ne plus agir comme une victime.
      Heureusement, la résilience fait son œuvre et je me sens chaque jour un peu plus forte que la veille.
      L’année 2020 est une pente bien longue à gravir. Mais j’arriverai bientôt au sommet ! ☺️

      • C’est chouette de lire cela ! Que tout aille bien et au plaisir de lire de temps à autre tes articles.

        N.B. Au rayon des petites actions qui ne mangent pas de pain mais qui ont une influence considérable sur l’image que j’ai de moi-même, il y a le fait de mettre par écrit, sur un post-it, une action positive, une étape accomplie, de le chiffonner et de le mettre dans un vase.

        De temps à autre, avec mon épouse, nous défroissons les post-it et relisons toutes ces petites étapes franchies que nous aurions tendance à oublier.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.