[Chronique] Journal : ma vie après Essure

Le 25 juin 2020, j’ai été opérée pour retirer les implants #Essure que je portais depuis 2013. J’ai raconté ici mon parcours avant l’opération et là mon séjour à l’hôpital et le début de ma convalescence.

Maintenant, je veux noter l’évolution de ma santé et de mon état d’esprit après Essure. Vais-je retrouver un rythme de vie ordinaire ? Vais-je voir s’atténuer ou disparaître les multiples symptômes observés depuis sept ans ?

NB. Cet article sera complété au fil du temps, jusqu’au 25 juin 2021.

Petite feuille dressée comme un étendard, découverte dans la pelouse pendant une de mes courtes promenades à pas de tortue dans le jardin, quelques jours après l’opération (se baisser jusqu’à terre pour la prendre en photo n’a pas été facile !)

Jour 7 : une semaine après l’opération

Les douleurs « descendent » au fil des jours. Si mon système digestif semble maintenant libéré de toute contracture interne, je souffre aujourd’hui au niveau de l’utérus, comme des douleurs de règles. C’est désagréable et, comme je suis fatiguée par les nuits hachées, ces douleurs me rendent irritable.

Dormir sur le dos est pénible. Je commence à pouvoir me mettre doucement sur le côté, en chien de fusil, même si je n’y reste que quelques minutes à cause des tiraillements dans les cicatrices de cœlioscopie et des douleurs internes.

Je ne pensais pas que la convalescence serait si lente. J’ai essayé de diminuer les antalgiques mais c’est impossible pour le moment. Je prends 1 gramme de paracétamol toutes les 6 heures (auquel j’ai ajouté spasfon et ibuprofene aujourd’hui).

Évolution des symptômes : j’ai le goût et l’odorat plus aiguisés et, surtout, j’ai FAIM !!! C’est un réel plaisir d’avoir des fringales, de sentir mon estomac vide qui crie famine, d’avoir des gargouillis… et de manger avec appétit ! C’est comme si mon corps se remettait à fonctionner après des mois d’inertie, où je mangeais à heures fixes sans appétit.


Jour 14 : deux semaines

Cette deuxième semaine a été difficile. Si j’ai retrouvé ma mobilité, je n’ai toujours pas supprimé les antalgiques. Je prends 3 grammes de paracétamol chaque jour car l’utérus est douloureux, surtout du côté droit, là où la corne utérine a été enlevée.

Aux jours 11 et 12 (lundi et mardi), je me sentais si bien que j’ai repris l’activité physique : un peu de stretching le matin et de la marche le soir. Peut-être ai-je été trop ambitieuse car mercredi (jour 13), ce fut le retour de bâton : fatigue, maux de tête, troubles intestinaux, diarrhée. Est-ce une gastroentérite virale ou un « relargage de métaux lourds » consécutif à l’opération ?

Ce soir, je découvre aussi que la cicatrice en haut du pubis, qui est rouge et rigide, semble un peu infectée. Je la désinfecte à la betadine, en espérant que l’inflammation soit superficielle. Les deux autres cicatrices sont belles. J’applique tous les jours après la douche une crème réparatrice achetée en pharmacie.

J’espère que la troisième semaine sera plus positive, avec une diminution des antalgiques et un retour à un transit normal, car là, j’avoue être un peu démoralisée. Je n’imaginais pas que ce serait si difficile. Peut-être ai-je trop placé d’espoirs dans cette opération, comme si c’était magique ? (On retire les Essure et tout va mieux, du jour au lendemain). Il faut que je revienne dans un principe de réalité : la santé et l’équilibre du corps se régulent lentement.


25 juillet 2020 : un mois après l’opération

Ce qui va mieux :

Depuis J+19, je ne prends plus d’antalgiques. Les douleurs ont disparu, ce qui me permet de mieux dormir, de 7 à 9 heures par nuit. C’est comme si je récupérais enfin de tous ces mois de fatigue intense et d’épuisement liés aux Essure puis au burn out. Le grand point positif est que je n’ai plus ni maux de tête ni migraines. Je trouve que j’ai meilleure mine. Je me sens moins gonflée.

Mon moral s’améliore, je me sens plus à l’aise dans mon corps et également plus à l’aise avec les gens. J’ai de nouveau envie d’aller vers les autres, même s’il reste des « rechutes » anxieuses certains jours. Cela me permet de vivre des journées normales : aller dans les magasins pour acheter des meubles pour mes filles qui emménagent dans leurs studios, manger au restaurant, me balader en ville. Quel bonheur de ne plus ressentir de coups de fatigue et surtout de ne plus avoir cette vessie hyperactive qui me gênait constamment et m’obligeait à rechercher les toilettes partout où j’allais !

Ce qui reste à surveiller :

Au niveau gynéco, je n’ai plus de douleur pelvienne (youpi !) mais il va falloir du temps pour que les cycles se régulent. J’ai eu une période de règles de 5 jours, suivie de 7 jours de pertes liquides claires très abondantes (qui se sont terminées à J+28). Ce fut très long (et angoissant) ! J’espère que le prochain cycle sera à nouveau normal.

La digestion et le transit semblent s’améliorer, même si ça reste encore très aléatoire. Les douleurs dans les muscles (surtout le dos et les mollets) sont encore présentes. Quand je fais du stretching, j’ai l’impression que mon corps est tout raide, ce qui est certainement lié au manque d’activité physique depuis l’opération. J’espère que la souplesse reviendra et que je pourrai reprendre le sport. Je ressens aussi le soir une grande frilosité, même quand il fait chaud, mais je crois que ce symptôme est plutôt lié à l’absence de thyroïde qu’aux Essure.

Au niveau cérébral, je me concentre mieux, je lis plus longtemps et plus facilement. Cependant, j’ai toujours des pertes de mémoire (je cherche un mot ou je ne me rappelle plus ce que je voulais faire) et des acouphènes dans l’oreille droite (sifflements plus discrets qu’avant mais qui n’ont pas complètement disparus). Il m’arrive également d’avoir une sensation de vertige ou de légères nausées, notamment les jours où j’utilise beaucoup la voiture pour de courts trajets ou quand je m’agite trop (pour ranger un meuble, par exemple, ce qui m’est arrivé plusieurs fois en cette période de déménagements).

Si j’ai meilleure mine, j’ai toujours parfois des difficultés de cicatrisation quand j’ai de petites plaies (sur les doigts, par exemple). Les cicatrices de la cœlioscopie sont à surveiller, ainsi que l’aspect de mes cheveux, que je perds toujours beaucoup, et de mes ongles, qui sont striés et fragiles depuis Essure.

Un bilan plutôt positif, donc, même s’il faut être patiente… ce qui est parfois difficile. L’anxiété reste présente, les rêves sont nombreux et pas toujours positifs. L’inconscient s’exprime et doit lui aussi « digérer » cette période de sept ans qui a été bien difficile à vivre.


Je compléterai cet article au fil du temps. Voici les repères que j’ai choisis a priori. J’en ajouterai d’autres si ma situation le justifie.

2 mois : rendez-vous avec la gynécologue qui m’a opérée

6 mois (Noël)

9 mois (25 mars 2021)

1 an (25 juin 2021)

11 réflexions au sujet de « [Chronique] Journal : ma vie après Essure »

  1. Ping : [Chronique] Journal d’une opération chirurgicale #2 | Lune Démasquée

  2. Contente de lire de tes nouvelles.
    J’imagine que tu aimerais que tout aille plus vite. Je pense que c’est normal que ça prenne du temps. Tu vis depuis des années avec ces choses à l’intérieur de toi, il faut que ton corps s’habitue.
    Je t’envoie d’affectueuses pensées Nina

    • Merci Marie 💙
      Je vais mieux de jour en jour. Je retrouve peu à peu le sommeil. Mon médecin m’a autorisée ce matin à retirer les strips sur les 3 cicatrices de cœlioscopie dimanche. Ensuite, je pense que je me considérerai vraiment comme « libérée ». 🙆

  3. Nina, je vous trouve une grande capacité à être dans le moment présent et je trouve que c’est une immense qualité. Je vous admire. Bonne continuation ❤

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.