[Chronique] Journal d’une opération chirurgicale #Essure

Passer sur le billard n’est jamais une partie de plaisir. Ma dernière opération remonte à juillet 2006 (ablation de la thyroïde) et je n’ai pas beaucoup écrit dans mon journal à cette époque. J’ai donc envie, cette fois, de garder trace de ce moment de vie.

Jeudi 25 juin, je dois me faire opérer par une gynécologue pour retirer les implants Essure. Ce sont des petits « ressorts » (comme des stens) que l’on insérait dans les trompes de Fallope pour les boucher et obtenir ainsi une stérilisation (ou, pour employer le terme consacré, une « contraception définitive »). Cette méthode, qui avait l’avantage d’être rapide et sans cicatrice (équivalente à la pose d’un stérilet) n’est plus pratiquée en France depuis 2017.

De nombreuses femmes porteuses d’Essure se sont plaintes d’effets secondaires. Ces implants constitués de matériaux synthétiques et métalliques entraînent un relargage de métaux lourds dans l’organisme (info du 3 février 2020). Si le lien entre Essure et ces symptômes reste encore à prouver, nombreuses sont les patientes qui demandent l’explantation pour être débarrassées de ces « bombes à retardement ». Il faut sectionner les trompes sans casser les implants (pour ne pas laisser de petit fragment dans le corps) puis tout retirer. Parfois une hystérectomie (ablation de l’utérus) s’avère nécessaire.

Pour ma part, j’ai l’impression que mon état de santé s’est lentement dégradé depuis la pose des implants Essure il y a 7 ans. J’ai eu (ou ai encore) divers symptômes : eczéma, maux de tête, migraines, acouphènes, douleurs musculaires et articulaires (parfois, j’ai l’impression d’avoir 70 ans tellement j’ai mal partout), troubles du sommeil, humeur variable (on m’a diagnostiqué une dépression suite à mon burn out en janvier) et une douleur pelvienne persistante à droite.

Cette gêne du côté droit est apparue dès que j’ai eu les implants dans le bas-ventre. On a essayé de me faire croire que c’était lié à des kystes ovariens ! Quant aux autres symptômes, l’explication est simple depuis que j’ai passé le cap de 40 ans : péri-ménopause ! Car j’ai également des soucis gynécologiques (règles irrégulières, plus douloureuses et plus abondantes qu’avant) qui entrainent des anémies (manque d’hémoglobine dans le sang, et tous les symptômes d’épuisement qui vont avec, comme l’essoufflement, les maux de tête, les difficultés de concentration ou les pertes de mémoire).

Je ne sais pas si les implants sont « responsables » de tout. Je veux bien admettre qu’il peut y avoir des causes psychologiques. Je trouve cependant trop « facile » de toujours tout ramener aux hormones. Avant, on me disait que c’était un déséquilibre thyroïdien, maintenant on me bassine avec la ménopause ! Nous verrons bien quelle sera l’évolution sans implants. Est-ce une nouvelle vie qui va commencer, comme c’est le cas pour de nombreuses femmes « explantées » (quel horrible mot !) qui se sentent revivre après l’opération ?


Vendredi J-6 Après être passée par la peur de l’opération, puis l’impatience d’y être (pour ne plus souffrir), je suis maintenant dans une phase de simple acceptation. Boucler tout ce qu’il y a à faire AVANT par crainte de ne plus pouvoir APRÈS si la convalescence est douloureuse. Je suis allée à la pharmacie pour acheter des granules homéopathiques et des gélules de phytothérapie, traitement préventif que je débuterai à J-3.

Samedi J-5 Légèrement enrhumée, je suis inquiète à l’idée d’avoir la Covid, qui m’empêcherait d’être opérée. Je me suis réveillée en sueur à 2 heures du matin. Pas de fièvre, mais des cauchemars. La nuit a été pénible. La journée, elle, s’est bien déroulée, en partie grâce au soleil, qui met du baume au cœur après tant de jours pluvieux.

Dimanche J-4 Fête des pères en famille. Tout le monde m’a souhaité bon courage pour l’opération. Quand je les reverrai, elle sera derrière moi. J’ai fait une liste de tout ce que je dois faire AVANT (courses, épilation, ménage…) Certaines tâches ne seront plus possibles APRÈS pendant quelques jours ou semaines (par exemple, passer l’aspirateur). J’ai hâte d’y être maintenant. Et tellement peur que ce soit annulé. Comment puis-je supporter cette douleur, discrète mais gênante, depuis bientôt 7 ans ?

Lundi J-3 J’ai pris ce matin ma première dose d’Arnica 9 CH et commencé ainsi le « traitement » phyto/homéopathique pour préparer mon corps à l’opération : 1 dose d’Arnica 9 CH chaque matin, 3 granules d’Opium 9 CH 3 fois par jour et 1 capsule à base d’huile de bourrache (pour ses Oméga 6 et ses propriétés anti-inflammatoires) à chaque repas. Je ne sais pas si c’est l’Opium qui m’a détendue ou si c’est le fait d’entrer dans la dernière ligne droite mais j’ai très peu pensé à l’opération aujourd’hui.

Mardi J-2 Prélèvement pour le test Covid ce matin : une vraie torture ! Le goupillon qui racle chaque sinus pendant 10 secondes, ça fait mal !!! J’avais les larmes aux yeux et ça m’a brûlé pendant une bonne heure après le prélèvement. Cet après-midi, je suis allée chez la psychologue. Nous avons parlé de ma mauvaise expérience de l’anesthésie en 2006. Elle m’a donné des conseils pour me relaxer, demain et jeudi, jusqu’à la table d’opération.

Mercredi J-1 L’infirmière du bloc m’a appelée pour confirmer l’horaire : rendez-vous à 7h30 dans le service de chirurgie ambulatoire. Je suis contente que tout se déroule comme prévu. J’ai refait la séance d’hypnose « effet boost » dont je compte utiliser les images mentales pour me détendre avant l’anesthésie. Puis j’ai préparé mon sac et bouclé tout ce que j’avais à faire. Le timing a été serré. Ça m’a fait penser à une journée de pré-rentrée : une longue liste de tâches à enchaîner pour que la classe soit prête à accueillir les élèves le lendemain matin. Et puis cette impatience d’y être… mêlée à l’envie que ce soit enfin terminé.

Ce soir, je suis prête. Il ne me reste plus qu’à poster cet article, avant d’aller prendre ma douche iodée !

J’espère poursuivre ce journal après l’opération, dans un autre article, pour témoigner et garder trace de ma convalescence. À bientôt !

[Édition du 30 juin : voici la suite]

6 réflexions au sujet de « [Chronique] Journal d’une opération chirurgicale #Essure »

  1. Coucou Nina,
    Je pense fort à toi ce matin et tu verras une fois cette étape passée tu te sentiras certainement beaucoup mieux et soulagée. Merci de partager cela avec nous, car beaucoup de ces sujets féminins restent encore tabou et le partage d’expérience ne peut que nous être utile à toutes.
    Dans quelques heures tu seras une femme libre !
    A très vite,
    Sand

    • Merci Sand pour ton soutien. 💙
      L’ironie de l’histoire, c’est que j’ai dit exactement cela en 2013. Je pensais qu’avec les implants Essure, je serai une femme libre : libre de toute contraception hormonale, libérée à jamais de la peur d’une grossesse non désirée. Et voilà… Sept ans de galère.
      J’espère être vraiment libre cette fois-ci. La chirurgienne après l’opération a évoqué une possible hystérectomie dans quelques mois si les douleurs persistent car mon utérus est volumineux et abimé (j’ai eu trois grossesses dont une qui s’est terminée par une césarienne en urgence).
      Croisons les doigts pour que ça n’arrive pas. 🍀

  2. Tu as bien fait Nina de poser ces mots.
    Pour toi et pour nous. Le sujet est important.
    Je t’envoie mes pensées pour que tout se passe bien. Et que cela appartienne désormais aux souvenirs.
    On encaisse parfois beaucoup de souffrance avant de sauter le pas pour autre chose.
    Je t’embrasse

    • Merci Marie. Oui, c’est important de témoigner car c’est un scandale sanitaire ignoré.
      L’opération s’est bien passée mais a été plus longue que prévue. J’ai dû être hospitalisée cette nuit car je n’étais pas en état de sortir (nausées et vomissements qui pourraient être liés à la morphine). On va voir ce matin si le petit-déjeuner passe ou pas.
      La douleur des cicatrices de cœlioscopie est supportable, heureusement.
      Bonne journée, bises 💙

  3. Ping : [Chronique] Journal d’une opération chirurgicale #2 | Lune Démasquée

  4. Ping : [Chronique] Journal : ma vie après Essure | Lune Démasquée

Répondre à sandmayer Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.