Diagnostic…

Question du jour : suis-je dépressive ? Ou victime d’un syndrôme de stress post-traumatique ?

Ce matin, j’ai pris rendez-vous chez mon médecin, suite à des épisodes migraineux répétés depuis fin décembre. Il m’a arrêtée pour huit jours. Nous nous reverrons vendredi pour évaluer la progression des symptômes : les maux de tête et migraines ophtalmiques auront-ils diminué ? D’ici là, j’ai rendez-vous chez ma psychologue. Le médecin généraliste m’a demandé d’évoquer avec elle un possible diagnostic de dépression. Je l’ai regardé, étonnée, et lui ai dit que je ne me sentais pas dépressive, n’ayant aucun sentiment de tristesse ou de vide. Je ne pleure pas. Mon état émotionnel est lisse, calme. Je ne ressens pas le malaise et la déprime qui m’avaient envahis en 2008.

Loin d’avoir perdu toute envie d’agir, je suis au contraire motivée pour avancer dans ma nouvelle vie, sortir de l’emprise, prendre soin de mes enfants et m’occuper de ma santé. Cependant, il semble que mon enfance et mon passé me rattrapent : cauchemars, souvenirs, flash-backs… Mon sommeil est perturbé, alternant entre insomnies et hypersomnie.

Tout ceci m’a rappelé un blog que j’apprécie particulièrement : Survivre & s’épanouir. Il y est question du SSPT = syndrôme de stress post-traumatique (PTSD en anglais).

Sur ce blog, j’ai trouvé un lien vers une fiche d’information sur le trauma disponible sur le site du Dr Igor Thiriez :

Parmi les multiples articles disponibles en ligne, je me suis arrêtée sur celui du site therapie-traumatisme.com qui détaille le syndrôme de stress post-traumatique.

Puis j’ai poursuivi mon investigation en me penchant sur le trauma complexe. Le SSPT complexe est un traumatisme créé par des agressions répétées, régulières, dans une période de temps allongée, le plus souvent dans le cadre familial. La personne ou l’enfant ne peut pas en sortir et se retrouve donc bloqué(e) dans une position de victime.

Le site liste 5 sources de trauma complexe : négligence physique ou émotionnelle, être exposé à la violence (notamment conjugale), violence physique, violence sexuelle, abandon.

4 sur 5 correspondent à mon expérience.

Guérir d’un trauma complexe comporte plusieurs étapes :

  • rétablir le lien avec les personnes qui nous entourent, réapprendre ce qu’aurait dû être une figure parentale positive
  • changer les croyances négatives, apprendre à se connaître, apprendre à faire face à son côte sombre et à ses blessures intérieures
  • traiter les souvenirs traumatisants particuliers

Dans un SSPT « simple », il y a une source de traumatisme, un évènement choquant isolé. Pour guérir, il faut couper cet arbre, en ne se contentant pas d’élaguer les branches, mais en allant jusqu’à la racine. Alors que le trauma complexe pourrait être comparé à une forêt entière qui masque la vie la vue et qu’il faut éliminer, arbre par arbre, pour revoir la lumière.

Si cet auto-diagnostic est confirmé par les thérapeutes et médecins, le chemin sera long.

2 commentaires sur « Diagnostic… »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.